Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
Taba: massacre ou "dommages collatéraux"?

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

Burundi: l'armée reconnaît avoir tué 173 personnes
BUJUMBURA (AFP) 19 sept. 2002
 
L'armée burundaise a reconnu jeudi avoir tué le 9 septembre à Gitega (centre) 173 personnes, dont une majorité de civils, qui étaient selon elle "complices" ou "otages" de la rébellion hutue.
Dans le même temps, les pourparlers pour un cessez-le-feu dans ce petit pays d'Afrique centrale, ravagé depuis 1993 par une guerre civile, ont de nouveau été reportés. Ils devaient débuter jeudi en Tanzanie mais ne devraient commencer, au mieux, que vendredi.
Le massacre de civils le 9 septembre, le plus important depuis deux ans, a en outre été condamné "fermement" par le conseil de sécurité de l'ONU et par la France.
"173 personnes sont tombées sous les balles des éléments de l'armée", a annoncé à l'AFP le porte-parole de l'armée, le colonel Augustin Nzabampema, contacté au téléphone à Gitega depuis Bujumbura.
Le 17 septembre, Léonidas Ntibayazi, président de la commission des droits de l'Homme de l'Assemblée nationale burundaise, avait parlé d'un massacre de 183 personnes à Gitega, dont 112 civils identifiés, sans pouvoir identifier les auteurs de la tuerie. Le gouverneur de la province avait confirmé ce bilan.
"Le nouveau décompte des personnes tuées est de 173 personnes", a déclaré le porte-parole de l'armée.
Les rebelles des Forces pour la défense de la démocratie (FDD) de Pierre Nkurunziza avaient affirmé mercredi que l'armée avait massacré un millier de personnes à Gitega le 9 septembre. Ce chiffre n'a été confirmé par aucune source indépendante.
"Ce sont les rebelles des FDD qui portent la responsabilité pleine et entière de tous les civils qui sont morts le 9 septembre dans la commune Itaba de la province Gitega", a affirmé le colonel Nzabampema.
"Par complicité ou parce qu'ils avaient été pris en otages par les FDD, des civils sont tombés sous les balles des éléments de l'armée sur les collines de Kanyonga et Kagoma au cours des affrontements qui se sont déroulés ce jour-là", a précisé le porte-parole de l'armée.
Le président de la commission des droits de l'Homme, ainsi que des responsables de l'administration locale, ont nié cette version des faits, assurant que le "massacre" a eu lieu alors qu'il n'y avait aucun combat.
Pour le colonel Nzabampema, "l'armée a attendu trois jours avant de lancer son offensive, et tous les civils avaient le temps de se réfugier sur les positions militaires".
En juillet dernier, et à plusieurs reprises depuis, le porte-parole de l'armée avait mis en garde "la population civile qui collabore avec les rebelles".
"La population doit fuir rapidement les régions où les rebelles s'installent car ce sont de futures zones de combat. Ceux qui restent avec les assaillants seront traités comme des assaillants", avait-il averti.
Mercredi, le président burundais, le major Pierre Buyoya, a promis que les auteurs du massacre seraient sanctionnés et le gouvernement a mis en place une commission d'enquête qui devait rendre son rapport jeudi.
Mais jeudi, la commission continuait ses investigations. Le rapport était attendu pour vendredi.
Pendant ce temps, face à cette escalade de la violence, les pourparlers de paix allaient de report en report.
Les délégations du gouvernement et de la principale branche des FDD (principale rébellion) tenaient jeudi à Dar es-Salaam des entretiens internes.
"On nous a dit de ne rien arranger pour une rencontre (entre les deux délégations). Peut-être demain (vendredi), ils reprendront les pourparlers", a déclaré à l'AFP un responsable du ministère tanzanien des Affaires étrangères ayant requis l'anonymat.
Initialement prévues pour lundi, ces négociations avaient été reportées à mercredi, puis à ce jeudi. La guerre civile au Burundi a déjà fait plus de 250.000 morts, essentiellement des civils.
   (publicité)