Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
PARENA : 6 mois d'interdiction

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

LE GOUVERNEMENT INTERDIT LES ACTIVITES DU PARTI DE BAGAZA POUR SIX MOIS
 
Les autorités de Bujumbura ont interdit les activités du principal parti d'opposition burundais, le PARENA (Parti pour le Redressement National), pour une durée de six mois. La nouvelle a été annoncée hier à la radio nationale. Le président du PARENA, l'ex-président Jean-Baptiste Bagaza, d'ethnie tutsie, avait été placé en résidence surveillée le 4 novembre dernier et huit autres membres de son parti se trouveraient actuellement en garde à vue. M. Bagaza et le PARENA sont accusés "d'atteinte à la sûreté de l'Etat", de comploter contre le gouvernement du rival politique, le président Pierre Buyoya, et d'instiguer les jeunes Tutsis à la violence. Les rumeurs de préparation d'un coup d'Etat mettant en cause le PARENA circulent depuis fin septembre au Burundi. Des étudiants hutus (ethnie majoritaire) de l'université de Bujumbura avaient à l'époque exacerbé les tensions en écrivant au président du Parlement Jean Minani, affirmant savoir de sources sûres que Bagaza préparait une action contre les institutions en place. L'ex-président, renversé par le putschiste Buyoya en 1987, rejette en bloc ces accusations. Le secrétaire général de son parti, Leonidas Ntakaye, avait d'ailleurs affirmé il y a quelques temps: "On veut déstabiliser le PARENA pour porter atteinte à son image et obtenir le lynchage de ses dirigeants et de ses militants". Au lendemain de l'arrestation de Bagaza, de jeunes sympathisants présumés du PARENA ont tenté de semer le trouble dans la capitale et de lancer une grève générale. (CC)
Misna

Bagaza tenté par un putsch?