Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
Le Tribunal d'Arusha

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

Félicien Kabuga
fkabuga.jpg
Photo US State Department

 
US can't find neither Ben  Laden...
nor our Kabuga
 
The tribunal indicted Kabuga in 1998, accusing him of being "the main supporter and financier of the Interahamwe militia" responsible for the 1994 Rwandan genocide. He was accused of making "massive purchases" of machetes, hoes, and other agricultural implements, knowing that they would be used to kill.

F. Kabuga : "most likely" in Kenya

"(Chief Prosecutor) Del Ponte has also accused the Rwandans of not cooperating with
attempts to investigate human rights abuses said to have been carried out by the
Rwandan Patriotic Army in 1994."

International Court : Kigali must cooperate

Kenya under US pressure over Kabuga ?

Angélique Kabuga défend son père

Dossier Kabuga
Où est le sérieux ?
 
Il y a plusieurs mois le gouvernement des USA a is la tête de l'homme d'affaires rwandais
Félicien Kabuga à prix (5 millions de $). L'intéressé vivrait au Kenya mais il serait aussi
difficile à dénicher qu'une aiguille dans une botte de foin ou Ben Laden au Moyen
Orient. Alors que le colonel - ex-FAR - Renzaho et son supérieur le général Augustin
Bizimungu ont été vite capturé dès que les USA l'ont voulu, dans le cas d'un civil
désarmé qui de surcroît vivrait en ville, cela s'avère plus complexe. De quatre choses,
l'une : 1. il est vraiment introuvable, 2. il n'y a pas grand chose dans son dossier (sa
participation via des actions dans le capital de la sanguinaire Radio Télévision des Milles
Collines (RTLM) et ses contributions au MRND ne sont pas suffisantes ?), 3. Kigali ne le
considère pas comme une priorité ou alors et en dernier lieu, 4. Washington l'a mis sur sa
liste des personnes recherchées pour des raisons autres que celles visant à son
arrestation et à sa comparution devant un tribunal pour les faits lui reprochés. 
 
Quelle que soit la vérité de ce dossier puisque des accusations ont été portées, il faudrait
aller au terme de la procédure. On pourra ainsi enfin déterminer si les biens du prospère
homme d'affaires serviront à indemniser ses victimes présumées - contrairement à ce qui
se fait depuis 8 ans - ou à l'aider à finir ses vieux jours... en paix.
 
RR 20/12/02

La suissesse Carla Del Ponte
delponte2.jpg

Le Rwanda s'en prend à la procureure du TPI
(Libération 23/11/2002)

Carla Del Ponte a-t-elle «dîné» avec des génocidaires rwandais ? C'est l'accusation portée par le gouvernement de Kigali contre la procureure générale du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), aggravant encore un peu plus la crise larvée entre Kigali et la cour d'Arusha.
Carla Del Ponte a rencontré, le 18 novembre à La Haye, des représentants de l'opposition rwandaise en exil, qui lui ont notamment demandé de poursuivre des membres du Front patriotique rwandais (FPR), aujourd'hui au pouvoir à Kigali. Le groupe politico-militaire FDLR-ALIR, impliqué d'après le Rwanda dans le génocide, aurait assisté à cette réunion. Pour Kigali, Del Ponte a «perdu l'autorité morale» nécessaire. Depuis longtemps, les autorités rwandaises reprochent au TPIR ses dysfonctionnements et le mauvais traitement qui serait réservé aux témoins, pour la plupart des rescapés du génocide de 500 000 à 1 million de Tutsis et d'Hutus modérés, perpétré en 1994 par les extrémistes hutus au pouvoir à l'époque. Kigali ne veut pas entendre parler d'éventuelles inculpations de membres du FPR pour des crimes de guerre commis lors du conflit qui a mis fin au génocide.
Par R.F.

Faisons monter les enchères !

L'ex-Préf. et Col. ex-FAR Renzaho à Arusha 

trenzaho.jpg

L'ancien préfet de Kigali-ville d'avril à juillet 1994, figure sur la liste établie par le TPIR,
soupçonné d'avoir organisé ou participé au génocide de 1994 au cours duquel entre
500.000 et un million de personnes, principalement des Tutsis mais aussi des Hutus
modérés ont été tuées.
Colonel des Forces armées rwandaises et préfet de Kigali pendant le
génocide, il figure
également parmi les propriétaires et directeurs de la Radio (NDLR : Radio Télévision
Libre des Mille Collines, RTLM) des Mille Collines (RTML) qui pendant les semaines de
massacres a continuellement incité ses auditeurs au génocide.

Un gros poisson

Le MDR à Arusha

US: Out to get genocide suspect Kabuga
International Justice: for external use only!

Business Tycoon Félicien Kabuga
fkabuga.jpg
(Photo US State Department )

Abanyamerika baramutanze!

Kabuga and Gen. Bizimungu: both from Rushaki, Byumba

General Augustin Bizimungu's background

Une justice de vainqueur?

Léonidas Rusatira

 
2 weeks after arrest in Angola,
Kigali says Gen. Bizimungu
caught in Congo

Gen. Bizimungu caught in limbo?

General Augustin Bizimungu's background

L'ex-chef  des FAR plaide "non coupable"

Le général Augustin Bizimungu
augbizimungu12.jpg
Après le Congo, l'Angola: Arusha (Photo Reuters)

"I plead not guilty"
 
Bizimungu, 50, faces 10 counts, comprising conspiracy to commit genocide, genocide,
crimes against humanity for murder, extermination, rape, persecution and other inhumane
acts and serious violations of the Geneva Conventions. These are all crimes allegedly
committed during the 1994 Rwandan genocide against Tutsis and politically moderate
Hutus (IRIN News, Aug. 21).

Les crimes de guerre: le véritable test pour le TPIR

Arusha in the North of Tanzania
maparushacsmonitor.jpg
Peace talks took were held there prior to the 94 genocide

1994 Genocide ringleaders face justice, slowly but surely and properly.

Pres. Kagame Rejects Trials of RPA members in Arusha

Carla del Ponte (Photo BBC)
carladelpontebbc.jpg
Le Procureur du Tribunal d'Arusha

US: serious about international justice... in Africa

"La longue marche" du Gén. Bizimungu!

Arusha Trib. for Génocidaires Alone, Not other War Criminals?

Procureur Général près la Cour Suprême
gahima.jpg
Chief Justice Gérald Gahima

"(...) the Rwandan Patriotic Army (is) the saviour of Rwanda as a nation, and any attempt to indict military officials would take away the one thing that was holding the country together (...)" - Gerald Gahima, Chief Justice, July 2002.


L'ex-ministre Eliezer Niyitegeka (94)
eniyitegeka12.jpg
Son procès a repris au mois d'août 2002 à Arusha