Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
pour les populations de l'Est

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

CONGO-DEM.REPUBLIC, 24 DÉC 2002 (12:26)

LE CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU SE REUNIT POUR DISCUTER DE LA SITUATION DANS LA ZONE ORIENTALE (BRIEF, POLITICS/ECONOMY)
 
Le Conseil de Sécurité des Nations Unies discutera aujourd'hui de la dramatique situation dans laquelle verse la zone orientale de la République Démocratique du Congo (RDC). La réunion convoquée d'urgence à la veille de Noël, se déroulera à portes closes. Au centre des colloques entre les 15 membres de l'organe de l'ONU, les violents combats en cours en Ituri, zone nord orientale de l'ex Zaïre, où l'avancée des troupes du Mouvement de Libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba et de ses alliés vers Beni a déjà provoqué une vague de réfugiés. Pour le moment on compte au moins 50-60.000 personnes en fuite des zones de combats. Des sources diplomatiques ont expliqué à l'Agence MISNA que la demande d'une mesure d'urgence de la part de l'ONU est directement arrivée de la direction de la MONUC (Mission des Nations Unies dans l'ex Zaïre). D'après ce qui a été référé, du Palais de Verre devrait arriver l'énième dénonciation des tragiques faits de l'Ituri, mais aussi des combats dans la zone d'Uvira (Sud Kivu, sud est de la RDC). Des événements que l'ONU considère comme pouvant miner l'accord signé la semaine dernière à Pretoria (Afrique du Sud) entre les groupes rebelles et le gouvernement de Kinshasa. (VV)
 
CONGO-DEM.REPUBLIC, 24 DÉC 2002 (9:12)

ITURI: EVEQUE DE BENI, "DES MILLIERS DE CIVILS EN FUITE, POUR EUX UN NOEL DE TERREUR" (STANDARD, CHURCH/RELIGIOUS AFFAIRS)
 
"Les gens fuient massivement de la zone au nord de Beni (est de la République Démocratique du Congo) cherchant un abri vers le sud dans la crainte de nouveaux combats. Les troupes du Mouvement de Libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba pourraient arriver à Beni dès ce matin. La population locale se prépare à vivre un Noël plein de peur". Tels sont les mots de monseigneur Melchisedec Paluku Sikuli, évêque de "Butembo-Beni" (est de la République Démocratique du Congo), contacté par téléphone par l'Agence MISNA. D'après ce qu'ont référé des sources locales, au moins 60.000 personnes se déversent en masse vers les zones méridionales de l'Ituri. Un flux constant poussé par l'implacable et violente avancée des forces de Bemba, appuyées par les hommes de Roger Lumbala qui guide les miliciens du RCD-National et par les rangs de Thomas Lubanga, un des "seigneurs de la guerre" à la tête de l'Union des Patriotes Congolais (UPC). Bemba et ses alliés ont l'intention de chasser de l'Ituri les hommes du RCD-ML de Mbusa Nyamwisi. "Si ces messieurs parviennent à prendre Beni, ils marcheront certainement vers Butembo. Leur intention est celle de contrôler toute la zone nord orientale de l'ex Zaïre, un territoire riche en or, diamants, coltan et bois", explique monseigneur Sikuli. Les combats dans l'est du pays se poursuivent malgré les accords signés la semaine dernière à Pretoria (Afrique du Sud) entre les groupes rebelles et le gouvernement de Kinshasa. "Il y a un grand intérêt de la part de nombreux protagonistes de la crise congolaise", poursuit le prêtre, "au niveau national comme international, pour que cette situation de confusion extrême et continue se maintienne. Une situation dans laquelle nombre de personnes se sont enrichies et continuent à le faire. Le fait est que ce sont les civils innocents qui en payent le prix alors qu'ils n'ont rien à voir avec le partage du pouvoir et de l'argent". "Nous espérons de ne pas devoir assister en cette veille de Noël à l'énième triste spectacle. Pour le moment nous avons déjà été contraints de prendre quelques précautions: la messe de minuit sera par exemple célébrée à 16 heures", raconte à l'Agence MISNA monseigneur Sikuli. "Avec la tombée de la nuit la situation est plus dangereuse encore et il serait bien qu'à 18 heures 30 chacun soit déjà chez soi, barricadés en priant pour réussir à survivre encore à cette énième épreuve et en réussissant à fêter Noël malgré la peur", a conclu le prêtre. (VV)