Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
Beni et Lubero : 130 000 déplacés

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

RDC: 130 000 déplacés dans les environs de Beni et Lubero
 
KINSHASA, 2 janvier (IRIN) - Au moins 130 000 personnes ont été
déplacées dans les environs des villes de Beni et Lubero, au nord-est de la
République démocratique du Congo (RDC), a révélé jeudi la Mission des
Nations Unies en RDC (appelée la MONUC).
La MONUC a précisé que 23 000 de ces déplacés de l'intérieur du pays
proviennent d'Oicha (à 30 km au nord de Beni), 40 800 de Mangina (à 30 km
au nord-ouest de Beni) et les autres de Rengeti ainsi que d'autres localités des
environs, a annoncé la MONUC sur les ondes de Radio Okapi.
Le Rassemblement congolais pour la démocratie - Kisangani - Mouvement de
libération (RCD-K-ML) a accusé le Mouvement pour la libération du Congo
(MLC) d'avoir attaqué mercredi ses positions de Rengeti, a déclaré mercredi à
IRIN le secrétaire général du RCD-K-ML, Kolosso umahili. "Selon les
informations dont nous disposons, il s'agit d'une catastrophe humanitaire", a-t-il
ajouté.
De son côté, le MLC a accusé le RCD-K-ML d'avoir attaqué son allié, le
RCD-National (RCD-N).
"Il y a encore des accrochages, mais nous ne pensons pas qu'il s'agisse, à
proprement parler, d'une attaque ou de la poursuite des combats", a soutenu le
porte-parole de la MONUC, Mounoubayi Madnodge. "Nous croyons que
ces affrontements sont causés par des problèmes de communication entre les
commandants des mouvements militaires et les groupes (de combattants) eux-
mêmes. Nous ne croyons pas que ces affrontements aient compromis l'accord
le cessez-le-feu, ni le déploiement de la MONUC dans la région".
Durant toute la journée de jeudi, Beni est demeurée calme. Le coordonnateur
du Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires à Beni,
Alexandre Gashangi, a déclaré sur Radio Okapi qu'une intervention
humanitaire doit débuter par la présentation, sur les ondes, d'explications sur
sa raison d'être. "Nos explications s'adressent à la fois aux militaires et aux
populations civiles", dit-il.
Les chefs des trois milices rivales qui se combattent le long de l'axe
Isiro-Beni, au nord-est de la RDC, ont signé un accord de cessez-le-feu
lundi dernier.