Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
Secrets de Kagame, mystères d'Onana

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

Mombasa novembre 2002
Des missiles sol-air à l'aéroport
Kanombe avril 1994

lancemissilemombasa.jpg

Le porte-parole de la police a confirmé que deux missiles avaient été tirés jeudi en direction d'un avion charter israélien qui venait de décoller de l'aéroport de Mombasa. Les missiles n'ont pas atteint leur cible. Qu'Il soit loué.

Pour ce qui est de la catastrophe du 6 avril 1994, les enquêtes continuent et les malfaiteurs toujours non/mal identifiés "courrent" toujours.

Kagame a perdu son procès en diffamation contre l'auteur Onana. C'est plutôt de fraude qu'il s'agissait. Voyez par vous-même! 

Sa plainte en diffamation est arrivée trop tard.
kagame1.jpg
Le Président de la République Paul Kagame

« Les secrets  du génocide rwandais, les mystère d'un président »

par Charles Onana et Déo Mushayidi ou Les secrets  du clan Habyarimana, les mystère de Charles Onana et de Déo Mushayidi.

 

 

Il y a juste une semaine, dans un article consacré aux « Pièces du Puzzle Igihango » (26 mai 2002), j'ai émis de sérieux doutes sur la contribution d'un ressortissant rwandais à la réalisation de ce petit ouvrage (180 pages, annexes comprises) qui nous promettait des éclaircissements sur ce dossier. Clarté, il n'y en eut point et le dossier est encore plus obscur que jamais. Mais essayons quand même « d'y voir plus clair » en parcourant ce livre co-écrit par un camerounais et un rwandais, ex-FPR.

 

Commençons par les photos des victimes du crash du jet présidentiel.

Ces images bouleversantes ont été publiées pour la première fois au milieu du mois d'avril 1994 dans l'hebdomadaire franco-africain basé à Paris, Jeune Afrique. Ces photos auraient été prises par Jean-Luc Habyarimana, un des fils du président défunt, qui les a offertes (?) à la presse. Dans des reportages ultérieurs consacrés au début du génocide et à l'assassinat de son père, il a confirmé personnellement que lorsque l'avion a été abattu et qu'il s'est écrasé dans le mur d'enceinte et la pelouse du palais présidentiel, il se trouvait dans ou près de la piscine de la propriété. Il aurait eu la « présence d'esprit » d'aller chercher un appareil photo qui contenait un film.

 

Les images des victimes de l'écrasement de l'avion présidentiel sont horribles. Leur publication a ou aurait dû se faire avec l'assentiment de la personne qui les a prises et des familles rwandaises et françaises des victimes. Si aucun accord préalable n'a été demandé, c'est très grave, cruel et cynique. Si cette démarche été observée et que les familles des victimes ont donné leur consentement malgré les grossières erreurs et les terribles images, peut-on en déduire  qu'elles ont appuyé la sortie de l'ouvrage ou quelles ont même un intérêt à sa parution ?

 

De trois choses, l'une :

 

  1. Ces clichés ont été utilisés sans autorisation et il est étonnant que celui qui en détient les droits et les familles des victimes - une tête méconnaissable séparée du corps d'un des pilotes français est exhibée comme « photo 6 » - ne se manifestent pas.
  2. L'hebdomadaire Jeune Afrique a acquis les droits sur ces photos et il les a gracieusement fournies à Charles Onana et à Déo Mushaydi.
  3. Le fils Habyarimana - ou ses conseillers - à qui appartiennent toujours ces photos, les a prêtées aux deux journalistes d'"investigation".

 

étant donné que les images en question ne sont pas accompagnées de la mention des détenteurs des droits sur celles-ci et qu'on a plutôt choisi de faire figurer « photo 3, photo 4, photo 5 et photo 6 », ce qui suggère qu'il ne sagit pas d' un oubli,  je pencherais pour l'option trois - celle du cadeau de Habyarimana - qui est d'ailleurs corroborée par la présence de plusieurs membres du clan Habyarimana lors du lancement de l'ouvrage et d'autres activités de promotion.

 

Dans quel intérêt ?

 

Il est facilement compréhensible qu'un fils veuille faire payer leur crime aux responsables présumés du meurtre de son père. Mais surtout, pour les anciens dignitaires du régime défunt, dans la prison dArusha ou toujours en liberté, la thèse est toujours que le responsable du génocide - des massacres inter-ethnique selon eux - et celui qui a assassiné Juvénal Habyarimana et sa suite. Pour nos deux compères journalistes, c'est une bonne publicité, à très bon marché et il n'est pas inconcevable que certains « frais » et même la rédaction de certaines parties du petit ouvrage aient pu être pris en charge.

Que le livre fasse partie d'une campagne concertée de réhabilitation des dignitaires de l'ancien régime et de relativisation des crimes de 1994 est une voie à explorer.

 

Quelques unes des erreurs grossières et invraisemblables de «Les secrets du génocide et les mystère d'un président ».

 

 

p.16 le Rwanda Urundi, un royaume...,

 

Comme tout rwandais le sait très tôt, ces deux royaumes ont toujours été distincts et rivaux et n'ont été administrés ensemble qu'à partir de l'arrivée des européens.

 

p. 17, 18 (Paul Kagame) Ecole primaire de Ntare School

 

D'après mes informations Paul Kagame y était pour le secondaire! Les anciens d'Ouganda pourraient nous dire s'il y a même une école primaire à Ntare (j'en doute).

 

p. 18 Sa formation terminée,

 

Kagame n'aurait fait que 4 ans de secondaire, on devrait dire sa formation interrompue mais passons...

 

NRA en 1979 contre Obote,

 

en 79 c'était la chute de Amin, Obote ce sera de nouveau à partir de 1981. Donc si Kagame a fait partie de la NRA c'était contre Amin Dada le sanguinaire. Mais la NRA n'existait pas en 79 puisqu'elle a commencé en 1981 après les élections de 1980 contestée par Yoweri Museveni.

 

1981 « Attaque d'un poste de police .... (cette) offensive militaire »

 

une attaque, un raid mais pas une offensive

 

p. 22 Les tutsis rwandais ou banyarwanda comme les appellent les ougandais !

 

Banyarwanda c'est kinyarwanda pas une appellation ougandaise pour les tutsis rwandais.

 

Les ougandais le surnommeront Kagome

 

certains rwandais le surnomment Kagome  (après 1994), le surnom en Ouganda était Ponce Pilate.

 

 

p.25 Tous les responsables de l'APR sont morts avant l'arrivée de Kagame!

 

Tous? d'où sont sortis les Colonel Sam Kaka, les Colonel Ndugute, Colonel Mugambage, Karenzi-Karake, le vétéran Jackson Rwahama, etc. de la cuisse de Jupiter?

 

Note 35 p.45 Le groupe twa considéré comme proche des hutus.

 

Ah bon ?! Je n'en dirais rien.

 

p.46 CDR un parti d'opposition

 

Un parti dopposition à qui ? Au MRND ? Certainement pas! Au gouvernement et à l'administration dominés par le  MRND ? Non plus.

 

 

 

p52 Au CND, la base du FPR située non loin de l'aéroport,

 

La base était en fait située dans les locaux du parlement,  OK si non loin c'est valable aussi pour 4 ou 5 kilomètre (l'auteur ne s'est-il jamais rendu sur place?)

 

p. 77  6 avril 1994, un sommet réunit plusieurs chefs d'Etat de l'Afrique australe,

 

L'Afrique centrale et orientale, SVP, Dar Es Salam où s'est tenu ce sommet est en Tanzanie. Mobutu, Habyarimana, Mwinyi et Museveni ne sont pas, n'étaient pas à proprement parlé des voisins de l'Afrique du Sud ou du Botswana. Qu'il y ait eu des observateurs de ces pays, c'est tout à fait possible.

 

p. 82-83 Nous avons eu un témoignage selon lequel Kagame aurait affirmé à l'ancien ministre Casimir Bizimungu lors d'une rencontre au Zaïre qu'il ignorait totalement l'existence des tutsi de l'intérieur. D'après lui, ces tutsi n'avaient aucun intérêt.

 

Témoignage ou rumeur/ragot ? Bien pratique pour disculper le régime qui a commandité le génocide. (Les « photos 1 et 2 » inédites montrant Kagame en compagnie de la Reine Gicanda à Butare en 1978, est-elle là pour contredire Kagame, Casimir Bizimungu ou le livre lui-même?)

 

p.91 Il existait au départ deux pistes d'atterrissage, une a été supprimée avant l'attentat

 

Je pense qu'il n'y a toujours qu'une seule piste mais bien sûr on peut la prendre dans les deux sens (est ou ouest).

 

Avec le FPR au CND c'est à dire à 1 Km de la tour (pilote Minaberry).

 

Il y a beaucoup plus que 1000 m entre la tour de contrôle de l'aéroport et le parlement (CND), même à vol doiseau.

 

 

En 1995, le ministre Nkubito demande d'étudier la possibilité de créer une commission d'enquête sur la mort de Habyarimana. Quelques temps après il est assassiné,

 

Lorsqu' Alphonse Marie Nkubito est retrouvé mort dans son lit le 13 février 1997, 18 mois après avoir été démis de son poste, il représente le gouvernement  auprès de la Banque de Kigali en tant que directeur adjoint. Ce poste symbolique mais donnant droit à de nombreux avantages lui a été accordé notamment parce que contrairement aux autres ministres hutu du gouvernement Twagiramungu démis en Août 1995, il est le seul à être resté au Rwanda.

 

p. 94 Sources proches des renseignements,

 

il doit s'agir d'un ancien journaliste rwandais que l'auteur cite en d'autres endroits et qui après 2000 a témoigné largement sur l'assassinat de Habyarimana en accusant le FPR et Kagame et le

 

lieutenant colonel K ;

 

est Kayumba-Nyamwasa, ancien chef d'état major, aujourd'hui Général de Brigade voire plus, aux études en Royaume-Uni et pour lequel notre ancien journaliste travaillait comme informateur dans le cadre du renseignement militaire de la gendarmerie (G2).

 

p.105  en mai 1997, une colonne de près de cent mille hommes venus du Rwanda et d'Ouganda pénètre au Zaïre et renverse Mobutu.

 

Si cette colonne vient de deux endroits différents, il ne sagit plus d'UNE colonne ensuite en MAI  97, c'est la prise de Kinshasa, les combats pour le renversement de Mobutu ont commencé en septembre 96 dans le sud Kivu, il y a aussi eu le démantèlement des camps de réfugiés en octobre et novembre 96, mais c'est sans doute un point qui ne pouvait pas trouver de place dans notre bref ouvrage.

 

En août 1998, il (Kagame) envoie des soldats rwandais occuper le Kivu à l'est du Zaïre. 

 

En fait il les envoie en avion à Kitona à l'Ouest, à l'est des membres de Forces Armées Congolaises, des tutsi congolais (banyamulenge, etc.) encouragés par les rwandais toujours présents se « rebellent ».

 

p.107 Ces militaires ...venus de Goma non loin du Rwanda,

 

Goma et sa soeur rwandaise Gisenyi sont des villes frontière, quasi jumelles, tout dans notre livre est non loin et très approximatif.

.

p.117  Kolwezi : des experts affirment que cette région regorge d'une grande variété de minerais,

 

Cest un secret de polichinelle, il ne faut pas être expert pour affirmer ça, les belges ont puisé les ressources du Shaba (ex-Katanga) depuis Léopold II au 19e siècle.

 

p.119 Congolais d'origine rwandaise arrivés au Congo il y a deux cents ans, progressivement intégrés à la société congolaise.

 

Le Congo n'existait pas à cet endroit (Kivu) il y a deux siècles.

 

p.122 Il est incontestable que des innocents ont péri pour avoir été pris pour des Rwandais ou pour des Banyamulenge.

 

Qu'en est-il des Rwandais et banyamulenge innocents ?! Il n'en existe pas ?

 

 

p.123 En 1994, l'armée rwandaise a procédé à un véritable nettoyage ethnique dans les camps de réfugiés à l'est du Zaïre.

 

Veut-on parler du démantèlement des camps en 1996-1997?

 

 

p.125 Toutes les personnes avaient été liées selon la méthode des

rois liens .

 

Il doit sagir d'une faute de frappe, à la page suivante c'est écrit correctement.

 

p. 126 la méthode des trois liens .

 

Kandoya, ingoyi ou three-piece tying. L'explication de la méthode de torture est fausse. Un rwandais, surtout un ancien du FPR ne peut se tromper sur ça.

 

p. 129  L'Eglise catholique a payé un lourd tribut après la prise du pouvoir de Kagame, le père Vallmajo a été tué en avril 1994.

 

Cest donc avant ou pendant la prise du pouvoir de Kagame mais pas après.

 

22 août 1994, soit cinq mois après la prise du pouvoir par le FPR.

 

Cinq mois après le début du génocide, un mois après la prise du pouvoir par le FPR.

 

p.132 Théoneste Lizinde,... avait quitté les FAR pour travailler avec l'APR,

 

FAUX, le FPR a sorti Lizinde de la prison spéciale (pour prisonnier politique, « La Bastille » de Habyarimana) de Ruhengeri en 1991 où il croupissait depuis 1980 et il a suivi les troupes de l'APR comme le major Stanislas Biseruka et les complices présumés du FPR (ibyitso).

 

p. 150 « grièvement atteint de plusieurs balles dans le dos, il est désormais rendu invalide à plus de 90% ».

 

à propos d' Edouard Mutsinzi, ex-rédacteur en chef du journal Le Messager, cet infortuné journaliste à qui j'ai pu personnellement rendre visite à la clinique du Centre Hospitalier de Kigali en 1995 a été attaquée à coup de hache sur la tête ! Il est étonnant que le co-auteur, ancien journaliste lui-même et ensuite président de l'association des journalistes ne soient pas au courant des circonstances de l'attaque contre son collègue.

 

 

Placide Muhigana, 1er juin 2002

 

 

 

 

L'Ambassadeur Jacques Bihozagara (Paris)
bihozagara1.jpg
Examen de "Droit Français": échec

L'Aéroport International Grégoire Kayibanda
aéroport.jpg
2 pistes et non loin du parlement (CND)??

Lorsque le brûlot du camerounais Charles Onana est publié (fin octobre 2001), cela ne fait que quelques semaines que Jacques Bihozagara a été transferré de Bruxelles à Paris. Ces poursuites en diffamation seront donc un de ses premiers dossiers parisiens. Faute de conseils avisés sur place ou d'instructions de Kigali, ce sera un fiasco retentissant.   

Enter supporting content here