Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
' 94 Genocide

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

S'il y avait un plan, je ne le savais pas

1994 par Twagiramungu

Le soir (du 6 avril 1994) , vers 20 h 45, par un coup de téléphone d'Agathe
Uwilingiyimana, premier ministre en poste, il apprend que l'avion présidentiel a
été abattu. Sans y croire tout de suite. « La personne qui a abattu l'avion [se]
moquait [des conséquences] et voulait simplement prendre le pouvoir. C'est
pourquoi je dis que cette lutte pour le pouvoir nous a menés très loin. »
Prudemment, puis avec moins de précautions, le témoin dit soupçonner le FPR
d'être l'auteur de l'attentat contre l'avion présidentiel.

Une image terrible qu'il faut montrer pour que ceux qui n'ont pas vécu
ce qui s'est passé chez nous, il y a huit ans, comprennent toujours un
peu mieux. RR 06/12/02

Les dépouilles "s'accumulaient"...
génocide94.jpg
en attendant les camions-bennes ! Photo rwanda.net

Répression du
Génocide
La Belgique ne chôme pas. 
 
S.N. est, comme son demi-frère E.N., un commerçant, mais à plus petite
échelle. La possession de plusieurs véhicules lui garantissait sur la colline
de Kirwa une certaine notoriété. E.N. avait notamment mis ses véhicules
à disposition des milices Interahamwes. E.N., détenu depuis le 14 octobre
dernier, comparaîtra vendredi devant la chambre du conseil pour
confirmation de son mandat d'arrêt. S.N. passera pour sa part devant la
chambre du conseil lundi.

        Quatre Rwandais ont déjà été condamnés en Belgique pour crimes commis pendant le génocide rwandais. La Belgique a par ailleurs livré plusieurs personnes au TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda) établi à Arusha (Tanzanie).

Selon un originaire de Kibungo vivant aujourd'hui en dehors du Rwanda, E.N. serait Etienne Nzabonimana, un ancien commerçant de Kirwa, affilié au MRND/Interahamwe

Arrestation à Anvers

"Dirt" makes itself heard

(...)May 28 1994, for instance. For the minister (Pauline
Nyiramasuhuko), it was just another routine, genocidal, day at the
office. It wasn't arduous work, just the selection of those Tutsi men who
should be taken away from outside the prefecture in Butare, Rwanda's
second city, and then "dealt with". Young women were picked to be
raped.(...)

Génocide : une arrestation à Bruxelles

Minister of Gender or Genocide?
 
SHE once claimed she was too sensitive to even kill a chicken. But
she is the first woman ever to face genocide charges before an international
tribunal.
   Moreover, Pauline Nyiramasuhuko, a former Rwandan Minister for Women
and Family Affairs, is also the first woman ever charged with encouraging
rape as an instrument of genocide.
   She is accused of being one of the most zealous organisers of the
1994 genocide. Her trial at the International Tribunal for Rwanda resumes
this month in the Tanzanian city of Arusha.

Pauline Nyiramasuhuko

Amatora muri Ibuka

"La Guerre d'Octobre"
 
"Dès le début de l'année 1990, des tensions se sont fait sentir, qui ont amené le
président à envisager une ouverture du régime en juillet. Mais les troupes du
FPR interviennent dès le 1er octobre pour permettre le retour par la force des
réfugiés. Le FPR se présente comme une alternative au régime, et insiste sur la
composante multiethnique du mouvement. Dès le 30 octobre, le mouvement
dégénère en guérilla."
 
F. Reyntjens

01/10/1990

Jour de deuil!
 
Le début du génocide et des crimes contre l'humanité n'est certainement pas un
jour de fête.
C'est (ou ce devrait être) un JOUR DE DEUIL NATIONAL.

D'aucuns objecteront, à juste titre, que ce qui a poussé une couche de la
population rwandaise exilée du pays depuis des décennies à prendre les armes
pour retourner chez elle, C'EST UNE SITUATION D'INJUSTICE
FLAGRANTE QUI N'AVAIT QUE TROP DURÉ (plus de 30 ans d'exil
forcé).
 
Ils n'ont pas complètement tort. (Maître Murayi Ildephonse)
 

Selon Maître Ildephonse Murayi

"Comme un verre plein..."

Feu le Gén. Maj. Juvénal Habyarimana,
jhabyarimanabbc.jpg
Mars 1937- avril 1994

"Habyarimana knew of  Self-Defense/Genocide Plan"
 
"Habyarimana knew of the [self-defense] plan and there is a document indicating the distribution of responsibilities some of the responsibilities are assigned to the office of the president," Des Forges told the court, adding that the plan involved the training and arming of militia groups and other civilians to
fight the "enemy," identified as the Rwanda Patriotic Front (RPF) and its accomplices.

A. Des Forges in Arusha

Frederic Rwigema

bourreauxvictimes.jpg

Face-à-face
 
"Cet homme était avec les gens qui sont venus tuer mes enfants". D'une voix tremblante, les yeux pleins de larmes, la mère éploré pointe un doigt accusateur vers un prisonnier indifférent.
"Qu'ils crèvent en prison, tuez les tous!". Ivre de douleur, une jeune femme devenue soudainement hystérique apostrophe violemment l'officier du ministère public qui dirige cette très délicate mise en scène.
 

Victimes & Bourreaux

Population Growth & Genocide!!??

Médias du Génocide

Rwanda 1994 : Génocide, Football et Sénégal

 

Lorsque l'avion du chef de l'Etat Rwandais Juvénal Habyarimana a été

abattu dans la soirée du 6 avril 1994, un match de coupe d'Afrique

important avait lieu et de nombreux rwandais - les privilégiés vivant

essentiellement dans la capitale et équipés d'antennes paraboliques - 

 immenses et  excessivement coûteuses à l'époque - ont pu suivre

l'événement.

Génocide et Football

Le général canadien Roméo Dallaire
rdallairebbc.jpg
Il ne s'est jamais remis de 1994 (Photo BBC)

Gen. Dallaire Would Love to See Gen.
Bizimungu's Face Again

Gen. Roméo Dallaire

' 94 Genocide

Photo BBC
dépouilleskigali.jpg

 

REMEMBERING RWANDA: 1994-2004

The Rwanda Genocide 10th Anniversary Memorial Project

 

http://www.visiontv.ca

Le FPR a-t-il arrêté le génocide?

 

Avez-vous répondu par la positive? Vérifions cette affirmation  très répandue par rapport à quelques faits. Nous savons qu'une organisation mal connue qui devait s'appeler par la suite le Front Patriotique de Rwandais (FPR/RPF) a commencé une guerre en octobre 1990 à partir de l'Ouganda. Après diverses offensives ce mouvement rebelle est parvenu à contrôler une large portion du territoire rwandais (10, 20 %?) et à avoir son mot à dire dans le cadre de négociations de partage du pouvoir avec le gouvernement de l'époque. Mais avant et pendant les négociations, les adversaires du FPR ont déclenché une campagne de terreur qui a coûté la vie à des centaines si pas des milliers de membres de la minorité de Tutsi et aussi celle de plusieurs opposants politiques Hutu.

 

En juillet 1994, FPR na pas dû partager le pouvoir parce qu'il avait gagné la guerre et que le côté adverse qui avait commis un génocide contre les Tutsi à partir du 6 avril 1994, jour de l'assassinat du chef de l'Etat Juvénal Habyarimana, s'était sauvé dans les pays voisins. Au lieu de partager la gestion du pays, un FPR triomphant  a distribué aux membres rescapés des partis « non-génocidaires » des postes prestigieux sans grand impact sur le terrain car coupés de la base.

Le même mois, les troupes du FPR avaient capturé les villes de Kigali, Butare, Gisenyi, les bourgades et la majeure partie des campagnes et mais il avait dû accepter la présence des troupes françaises  sur un quart du territoire de notre pays. La France a pu annoncer avoir sauvé de nombreuses vies en intervenant « seule » au sud ouest du Rwanda et elle a obligeamment présenté aux medias les milliers de survivants Tutsi de Nyarushishi et de Bisesero. Le FPR a sauvé un bien plus grand nombre de personnes de l'enceinte de léglise de la Sainte Famille/ex-séminaire Saint Paul, de l'Hôtel des Mille Collines, du quartier de Nyamirambo dans Kigali, de la cathédrale de Kabgayi et de divers autres sites de massacres où elles avaient été laissées pour mortes.

 

Mais a-t-il arrêté le génocide?

 

Serions-nous d'accord avec le gouvernement de la France s'il revendiquait avoir aussi arrêté le génocide en juin 1994, avant même le FPR? Je ne le pense pas mais nous pouvons être reconnaissants envers le FPR mais aussi - un peu à contrecoeur - envers la France, pour avoir sauvé des vies humaines. Ces survivants ont échappé à la mort d'une manière ou d'une autre (le plus souvent en étant cachés et ravitaillés par des Hutu) et ont ensuite été sauvés par ces glorieuses armées qui passaient par là. Nous pouvons par contre remettre en cause l'affirmation selon laquelle le génocide a été arrêté par qui que ce soit. Est-il approprié de revendiquer haut et fort une quelconque reconnaissance pour avoir empêché une catastrophe lorsque le taux de destruction est  de 80, 85 voire 90 %? Encore une fois je ne le pense pas. Le FPR a pris le pouvoir à 100%, ça cest ce qui est vérifiable. Un pouvoir abandonné par les forces sanguinaires qui ont recouru à l'extermination d'une base politique imaginaire du FPR au lieu de confronter leur vrai ennemi. Le génocide n'a pas été arrêté, il a été accompli avec une horrible efficacité qui n'a laissé à l'armée rebelle, présente sur le sol Rwandais depuis 1991, le seul «choix» d'avancer dans des champs de cadavres ou de récupérer des survivants traumatisés et/ou atrocement mutilés.

 

 

Placide Muhigana

 

July 19, 1994 : RPF Installs Governement

Did RPF Stop the Genocide?

 

Did I hear you answer YES? Let's check this assertion in view of some facts.

We know that a then little known organization that was to be called later on Rwandese Patriotic Front (RPF) started a war in October 1990. After various offensives that movement managed to control a big chunk of Rwanda (10, 20 %?) and to have a say in power-sharing negotiations with the government of yore.

But before and during the negotiations, RPF's adversaries embarked on a campaign of terror that claimed the lives of hundreds if not thousands among the Tutsi minority and the so called Hutu moderates.

In July 1994, the RPF didn't have to share power because it won valiantly the war, the opposite side had committed a genocide against the Tutsi ... and fled to neighboring countries  (Instead of sharing power, the victorious RPF granted prestigious positions of little impact to members of "non genocidal parties").

In that same month, RPF had captured Kigali, Butare and Gisenyi and most of the countryside but had to put up with the presence of French troops that had swiftly taken control of a quarter of our country in June.

France claimed to have saved lives by intervening alone (unilaterally rather) in south west Rwanda and she obligingly presented to the media thousands of Tutsi survivors from Nyarushishi and Bisesero.

RPF rescued even more people from Sainte Famille-Saint Paul church compound, Hôtel des Mille Collines, Nyamirambo district in Kigali, Kabgayi Cathedral and various massacre grounds where they were left for dead.

 

But did it stop the genocide?

 

Would we agree with the government of France if it said that it too stopped genocide in June 1994? I dont think so and although we must be very grateful to RPF, and also reluctantly to France, for saving genocide survivors they survived in one way or another and were then rescued by the passing by glorious armies. But we have to question the claim that somebody stopped the genocide. Is it appropriate to proclaim that you prevented a catastrophe if the destruction rate is 80, 85, and 90 %? Again I dont think so.

The undoubtable fact is that RPF grabbed 100% of the power relinquished by murderous forces that resorted to killing an RPF phantasized constituency instead of confronting their real enemy. Genocide wasn't stopped, it was completed with a horrible efficiency that didnt allow the then rebel army, present on Rwandese soil since 1991, to do anything but stumble on corpses or recover atrociously maimed survivors.

Did the Americans/Russians stop the holocaust in Europe? I haven't  heard or read that assertion yet. What I'm sure of is that they defeated the nazi regime and other fascist states... and discovered Auschwitz, Treblinka, ... mountains of corpses and survivors. 

 

 

Placide Muhigana, April 2002