Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
Libérer les prisonniers politiques

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

De Standaard, 10/12/2002
Bart Beirlant
(traduction du néerlandais par Maître Ildephonse Murayi-Habimana)
Rwanda krijgt Belgisch geld maar ook Belgische ,,kritiek''

Le Rwanda reçoit de l'argent belge mais aussi des critiques belges
Bart Beirlant
BRUXELLES - Le gouvernement belge a promis hier au Président rwandais Paul Kagame l'exécution de trois nouveaux projets de développement pour un montant de 10 millions d'euro.
Cette promesse fut suivie par un petit tour critique d'échanges diplomatiques, mais selon les milieux gouvernementaux, "clairement" formulés. (TRADUTTORE, TRADITTORE, certaines expressions sont intraduisibles, c'est moi qui souligne).
 
Des exigences claires relatives à la libération de prisonniers politiques,  à la restriction de la liberté de presse, au retrait effectif de tous les soldats rwandais du Congo et au jugement de militaires rwandais qui se sont rendus coupables de crimes contre l'humanité au Congo et au Rwanda: c'était une demande adresséee par  "Broederlijk Delen" et "11.11.11" au Premier Ministre Guy Verhofstadt, au Ministre des Affaires Etrangères Louis Michel et au Secrétaire d'Etat à la Coopération au Développement Eddy Boutemans avant leur rencontre avec Kagame, qui effectue une visite de travail de deux jours en Belgique.
 
Il y a des raisons de s'inquiéter, car dans la perspective des élections de l'année prochaine le caractère répressif du régime de Kagame ne cesse de s'amplifier. Et la Belgique a une influence indirecte, car en 2002, le Rwanda reçoit de la Belgique au total 20 millions d'euro, ce qui fait de notre pays le deuxième plus grand donateur.
 
Eddy Boutemans (Agalev, Parti écologiste flamand) peut même prochainement mettre trois nouveaux projets sur les rails. Pour la lutte contre la malaria, il est prévu 2,6 millions d'euro, pour la reconstruction des écoles 5,8 millions d'euro et pour le soutien au Ministère Rwandais des Finances 2 millions d'euro. Par après, un tour d'horizon a été fait  des points difficiles. Selon les milieux gouvernementaux, l'entretien avec le rusé et sûr de lui Kagame s'est déroulé de manière "courtoise et polie", mais Verhofstadt a, de façon suffisamment claire, pointé du doigt ce qui ne va pas au Rwanda.
 
Le Premier Ministre a insisté sur une plus grande liberté de la presse et sur l'élargissement de l'espace pour les partis politiques, qui ne doivent pas fonctionner sur une base ethnique. Il a souligné l'importance d'un Etat de droit, indépendant et transparent, et a fait ainsi référence à l'ancien Président Pasteur Bizimungu, qui croupit en prison pour des raisons politiques. Le Premier Ministre a regretté les tensions entre le Rwanda et le Tribunal Pénal International, qui se plaint de ce que le régime de Kigali protège ABANTU BAYO (intraduisible en français).
 
Verhofstadt a loué le retrait du Rwanda de l'Est du Congo, mais a fait remarquer que ce retrait n'était pas achevé. Et au sujet du rapport des Nations Unies sur le pillage des richesses du Congo, qui était très critique à l'égard du Rwanda, le Premier Ministre a dit qu'il prenait ce rapport au sérieux. Kagame, lui, ne le prend pas au sérieux.
 
Suffisamment clair? Suffisamment sévère? Une engueulade publique est peut-être agréable pour le monde extérieur, mais pas efficiente dans les relations diplomatiques, NIKO BYITWA (intraduisible en français).
 
Nsekantakabuze
"L'homme, à mon avis, se perfectionne par la confiance. Par la confiance seulement. Jamais le contraire."
Nikozitambirwa
 

 
 
Rwanda krijgt Belgisch geld maar ook Belgische ,,kritiek''
Bart Beirlant
10/12/2002
 
© ep 
BRUSSEL -- De Belgische regering zei de Rwandese president Paul Kagame gisteren de uitvoering toe van drie nieuwe ontwikkelingsprojecten voor 10 miljoen euro. Daarna was het tijd voor een rondje kritiek, diplomatiek verwoord, maar volgens regeringskringen ,,duidelijk'' geformuleerd.

Duidelijke eisen inzake de vrijlating van politieke gevangenen en inzake de beknotting van de vrije pers, de effectieve terugtrekking van alle Rwandese soldaten uit Congo en de berechting van Rwandese soldaten die zich in Congo en Rwanda schuldig maakten aan misdaden tegen de mensheid: dat hadden Broederlijk Delen en 11.11.11 gevraagd van premier Guy Verhofstadt, minister van Buitenlandse Zaken Louis Michel en staatssecretaris voor Ontwikkelingssamenwerking Eddy Boutmans voor de ontmoeting met Kagame, die twee dagen op werkbezoek is in België.
Er ís reden tot bezorgdheid, want in de aanloop naar de verkiezingen volgend jaar neemt het autoritaire en repressieve karakter van het regime van Kagame in Rwanda (nog) toe. En België hééft indirect invloed, want in 2002 krijgt Rwanda alles samen 20 miljoen euro van België, waarmee ons land de op een na grootste donor is.
Eddy Boutmans (Agalev) mag binnenkort zelfs nog drie nieuwe projecten op de rails zetten. Voor de bestrijding van malaria is er 2,6 miljoen euro, voor de heropbouw van scholen 5,8 miljoen en voor de ondersteuning van het Rwandese ministerie van Financiën 2 miljoen euro. Daarna volgde een ,,tour d'horizon'' rond de moeilijke punten. Volgens regeringskringen verliep het gesprek met de sluwe en zelfverzekerde Kagame ,,hoffelijk en beleefd'', maar maakte Verhofstadt op ,,vrij duidelijke'' manier duidelijk waar het verkeerd loopt in Rwanda.
De premier drong aan op meer persvrijheid en een verbreding van de ruimte voor politieke partijen, zij het dat die niet langs etnische lijnen mogen werken. Hij wees op het belang van een onafhankelijke en transparante rechtsstaat en verwees zo naar ex-president Pasteur Bizimungu, die om politieke redenen in de cel zit. De premier betreurde de spanningen tussen Rwanda en het internationaal Rwanda-Tribunaal, dat erover klaagt dat het regime in Kigali zijn eigen mensen afschermt.
Verhofstadt loofde de Rwandese terugtrekking uit Oost-Congo, maar merkte op dat die nog niet volledig is. En over het VN-rapport over de plundering van de Congolese rijkdommen, dat zeer kritisch was voor Rwanda, zei de premier dat België het rapport ernstig neemt -- Kagame doet dat niet.
Duidelijk genoeg? Streng genoeg? Een openlijke bolwassing is misschien leuk voor de buitenwereld, maar niet efficiënt in diplomatieke relaties, heet het.

 
Copyright | De Standaard Online 2002