Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
15 -31août

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

Notre région pendant deux semaines, en deux paragraphes sur Rwanda-l.
 
By RODRIQUE NGOWI, Associated Press Aug 14, NAIROBI, Kenya -
 
Rwanda welcomed the arrest in Angola of a man alleged to be a key figure in the 1994 genocide in the tiny central African country, a senior official said Wednesday.
Angola said it had found former Maj. Gen. Augustin Bizimungu at a camp for demobilized UNITA rebel fighters two weeks after the United States offered up to dlrs 5 million for information leading to the arrest of nine genocide suspects indicted by a U.N. tribunal, including Bizimungu.
ICTR Drops Charges Against Genocide Suspect Leonidas Rusatira.
Internews (Arusha)August 15, 2002
Posted to the web August 15, 2002
Mary Kimani
Arusha The International Criminal Tribunal for Rwanda (ICTR) yesterday dropped genocide charges against Leonidas Rusatira, a former Rwandan army general.In her decision, Judge Navanethem Pillay, ICTR President, grants the request filed on 9 August by the Office of the Prosecutor to drop the charges against Rusatira for lack of evidence.
Pillay orders "the immediate withdrawal of the warrant of arrest in respect of Leonidas
Rusatira."Speaking to 'Internews' yesterday, a representative from the office of Carla Del
Ponte, Chief ICTR Prosecutor, said "evidence obtained in the course of further
investigations against Leonidas Rusatira has been thoroughly reviewed and that, as a
result, she [the prosecutor] determined that there is insufficient evidence at this time to
proceed to trial against the accused."
August 15, 2002
Ukrainian pilot shot dead by
 
rebels while airborne in eastern Congo.
GOMA, Congo (AP) -- A Ukrainian pilot was shot dead as he took off from an airstrip
in eastern Congo to escape attackers, an official of the Congolese rebel group that
controls the area said Thursday. Jean-Pierre Lola Kisanga, spokesman of the
Rwandan-backed Congolese Rally for Democracy rebels, said the pilot of an Antonov
28 owned by New Gomair was hit by gunfire after a hurried takeoff on Wednesday from
Kampene airstrip, 320 kilometres southwest of rebel headquarters in Goma, eastern
Congo. The co-pilot was forced to grab the controls and fly to Bukavu, a regional
headquarters 220 kilometres northeast of Kampene, Kisanga said. The pilot was dead
on arrival in Bukavu. No names were immediately available for either the pilot or the
co-pilot.
Luc de Barochez
Publié le 16.08.2002
---------------------------------------------------------
 
http://www.lefigaro.fr/international/20020816.FIG0112.html
Après un mois et demi d'existence,
la Cour pénale internationale (CPI) suscite de
nouveaux remous entre l'Europe et les États-Unis.
Washington ne désarme pas dans son
opposition à ce tribunal supranational, qui est porté à bout de bras par l'Union
européenne. Un compromis conclu le 12 juillet aux Nations unies avait permis d'éviter
une remise en cause de certaines missions de Casques bleus. Mais il n'a pas réglé la
querelle. Elle vient de resurgir, au coeur de l'été.
Le rebondissement est né d'un appel de l'UE aux douze pays candidats à l'adhésion. Elle
leur a demandé de ne pas signer, pour le moment, les accords bilatéraux de
non-extradition recherchés par Washington. Pour échapper à la juridiction de la CPI, les
États-Unis cherchent en effet à conclure des pactes avec chaque pays ayant signé le traité
fondateur de la cour. Dans ces accords, les parties s'engageraient mutuellement à ne pas
livrer leurs ressortissants à la CPI. Les citoyens américains seraient ainsi assurés de ne
jamais se retrouver à La Haye. La CPI poursuit des individus soupçonnés de crimes de
guerre ou de génocide, dans les cas où leur propre gouvernement refuse ou s'abstient
d'agir .
Le général Bizimungu, à la tête de l'armée
rwandaise lors du génocide, a été arrêté
Mercredi 14 août 2002
(LE MONDE)
Il aurait fait partie d'un contingent de "mercenaires" employés par la rébellion angolaise de
l'Unita. Son arrestation intervient après la signature d'un accord de paix, le 30 juillet,
entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC), dont l'Angola est le
principal allié.
Huit ans après le génocide au Rwanda, le général Bizimungu, l'une des chevilles ouvrières
du massacre de 800 000 Tutsis au "pays des mille collines", a été arrêté en Angola.
L'ancien chef d'état-major des Forces armées rwandaises (FAR), qui était recherché
pour "génocide et crimes contre l'humanité" par le Tribunal pénal international pour le
Rwanda (TPIR), devra lui être remis.
Début du recensement de
la population au Rwanda
KIGALI, 16 août (AFP) - Les autorités rwandaises ont commencé vendredi matin un
"recensement général de la population et de l'habitat" sur tout le territoire rwandais, a
constaté l'AFP.
Ce recensement, qui durera jusqu'au 31 août, est le troisième de l'histoire du Rwanda et
le premier depuis le génocide de 1994 qui a coûté la vie à un million de personnes, des
Tutsis et Hutus modérés, selon le gouvernement rwandais.
Le premier recensement général de la population rwandaise s'était déroulé en 1978 et le
deuxième en 1991. A la différence des précédents exercices, l'actuel recensement ne
prendra pas en compte et ne fera pas mention de l'appartenance ethnique, selon la
Commission nationale du recensement.
Le Soir : Un général accusé de
génocide transféré au TPIR

Le général Augustin Bizimungu, accusé de génocide et de crimes contre l'humanité, a été
transféré au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha, en Tanzanie.
L'ex-chef d'état-major des Forces armées rwandaises (FAR) a été arrêté en début de
semaine par les autorités angolaises, à Luena, dans l'est de l'Angola. Il se trouvait à la tête
d'un groupe de 500 soldats des ex-FAR qui se battaient dans les rangs de l'ancienne
rébellion de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita). Le
gouvernement rwandais
« s'est réjoui » mercredi de l'arrestation du général Bizimungu, l'un des principaux
responsables du génocide de 1994 au Rwanda. (AFP.)
 
 
Kigali "mécontent" de l'abandon des
poursuites contre Rusatira par le TPIR
KIGALI, 16 août (AFP) - Le gouvernement rwandais est "mécontent" de la décision du
procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) de renoncer à
poursuivre le
général Léonidas Rusatira détenu depuis trois
mois en Belgique, a-t-on appris vendredi de
source officielle.
"Nous sommes mécontents et fort étonnés de
cette décision", a déclaré à l'AFP le ministre rwandais de la Justice, Jean de Dieu Mucyo.
Le procureur Carla del Ponte avait signé une requête dans ce sens le 9 août et la
présidente du tribunal, la juge sud-africaine Navanethem Pillay,
a décidé de l'y autoriser dans une décision de mercredi, rendue publique jeudi.
'Mastermind' of Rwanda genocide sent for trial
Sukhdev Chhatbar in Arusha
Friday August 16, 2002
The Guardian
The man who led the Rwandan armed forces during the 1994
 
genocide has been
transferred to the UN
tribunal in Arusha to stand trial as one of the alleged masterminds
of the 100-day slaughter in which at least 500,000 people were killed.
The spokesman for the International Criminal Tribunal for Rwanda, Kingsley Moghalu,
said yesterday that former major-general Augustin Bizimungu was flown to Arusha,
Tanzania, from Luanda, Angola, on Wednesday night.
He said Gen Bizimungu faced charges of genocide, conspiracy to commit genocide and
crimes against humanity in connection with the deaths.
Although most of the victims were members of Rwanda's Tutsi minority, several
thousand, including the prime minister, Agathe Uwilingiyimana, were political moderates
from the Hutu majority.
Importants feux de forêts
au Rwanda
KIGALI, 19 août (AFP) - D'importants feux de forêts se sont déclarés depuis une
semaine dans plusieurs provinces du Rwanda, a-t-on appris lundi de source officielle.
Plus de 50 hectares de bois ont brûlé entre le 15 et le 17 août sur le Mont Jari, en
périphérie de Kigali, a indiqué à l'AFP le directeur des forêts au ministère de
l'Agriculture, Claudien Habimana.
Ce feu est maîtrisé depuis le soir du 17 août, a précisé M. Habimana, mais des feux de
brousse, qui ont éclaté dès le 12 août sont également signalés dans les provinces de
Kibungo (sud-est), Umutara (nord-est), Kigali rural (autour de la capitale) et dans la
forêt naturelle Nyungwe (sud-ouest), a-t-il ajouté.
Il n'a pas précisé l'ampleur des dégâts.
Les Rwandais risquent de se
 
désintéresser des gacaca, avertit une ONG
(AFP 17/08/2002)
Deux mois après le début expérimental des tribunaux gacaca, chargés de
juger les exécutants du génocide de 1994, la seule ONG internationale
qui en a suivi le processus met déjà en garde contre le désintérêt
croissant des Rwandais à l'égard cette forme de justice.
Pourtant, "presque partout, la population et les juges ont accueilli
avec enthousiasme le début des gacaca, (...), la population est venue
en très grand nombre, témoignant beaucoup d'intérêt et de curiosité",
se félicitait Penal Reform International (PRI),l'association basée à
Paris, dans un rapport rendu public vendredi soir.
South African delegation in DR
 
Congo to assess peace accord
Kinshasa, DR Congo (PANA) - A six-member South African delegation is in Kinshasa
to
follow-up on the Pretoria peace accord signed
on 30 July between the DR Congo and Rwanda.
DR Congo officials said that the delegation would assess progress made so far ahead of
the first meeting on the provisions of the agreement to
be held in Kinshasa at the end of August between DR Congo President Joseph Kabila
and Rwandan counterpart Paul Kagame.
According to the accord, the DRC should within
90 days disarm and gather the Inter'hamwe militiamen and former Rwandan armed forces
(FAR) soldiers before their repatriation to
Rwanda.
Kinshasa courtise Kagame
Le Phare (Kinshasa)
ANALYSE
20 Août 2002
Publié sur le web le 20 Août 2002
Kandolo M.
Kinshasa
Le gouvernement de Kinshasa est en train de préparer une chose qui était encore
impensable hier : l'accueil avec pompes et bain de foule du général Kagame, le maître de
Kigali. Des préparatifs discrets sont faits pour la réalisation de cet objectif. Joseph Kabila
a même jeté un pont diplomatique avec des émissaires qui se relayent à Kigali pour
convaincre Paul Kagame à venir goûter ce triomphe dans les rues de Kinshasa.
Cette invitation lancée à M. Kagame n'est pas une mauvaise chose en soi. Mais c'est le
fond qu'il cache qui est dangereux et nuisible au processus de paix en RDC. En tout cas,
ce n'est pas innocemment que le gouvernement courtise le général Paul Kagame. Cette
démarche recèle une volonté de contourner tous les opérateurs politiques locaux et de
rester seul maître à bord comme M. Kagame à Kigali tout en demeurant son unique
interlocuteur.
The Rwandan former armed forces chief of staff, Augustin Bizimungu, denied on
Wednesday genocide charges before the International Criminal Tribunal for Rwanda
sitting in Arusha, northern Tanzania, Internews reported.
"I plead not guilty", he said, to every count read out by Judge Pavel Dolenc of Slovenia.
Bizimungu, 50, faces 10 counts, comprising conspiracy to commit genocide, genocide,
crimes against humanity for murder, extermination, rape, persecution and other inhumane
acts and serious violations of the Geneva Conventions. These are all crimes allegedly
committed during the 1994 Rwandan genocide against Tutsis and politically moderate
Hutus.
RDC: Un bataillon du RCD-Goma fait défection et passe
en territoire contrôlé par le gouvernement
NAIROBI, 21 août (IRIN) - Un bataillon de soldats du Rassemblement
congolais pour la démocratie (RCD-Goma, mouvement rebelle soutenu par le
Rwanda) qui était basé dans la ville de Kisangani, au nord-est de la
République démocratique du Congo (RDC) a fait défection au cours du dernier
mois, en entraînant avec eux leurs femmes et enfants, a révélé mardi la
Mission de l'ONU en RDC (MONUC).
Durant le dernier mois, un bataillon de soldats du RCD, leurs femmes et
leurs enfants, ont quitté Kisangani en petits groupes pour se rendre
jusquà Boende, au nord-ouest de la RDC.
Prosecution Closes Case in
Pastor And Son Trial
Hirondelle News Agency (Lausanne)
August 21, 2002
Posted to the web August 22, 2002
Arusha
The prosecution at the International Criminal Tribunal for
Rwanda(ICTR) on Wednesday made its final arguments in the
genocide trial of Seventh Day Adventist Pastor, Elizaphan
Ntakirutimana and his son, Elizaphan Ntakirutimana. Pastor
Ntakirutimana is the first clergyman to be tried for genocide by
an International Tribunal.
The prosecution wrapped up and commented on the testimony of
its witnesses as they shredded that of defence witnesses.
At the time of the 1994 genocide in Rwanda, Elizaphan
Ntakirutimana, 78, was pastor of the Seventh Day Adventist
church mission at Mugonero in Kibuye. Gerald Ntakirutimana,
44, was a medical doctor at the infirmary which lay in the same
complex.
Acquit Me,' Pastor Begs
the Court
Internews (Arusha)
August 22, 2002
Posted to the web August 22, 2002
Mary Kimani
Arusha
Seventh Day Adventist pastor Elizaphan Ntakirutimana today
appealed to the judges at the International Criminal Tribunal for
Rwanda (ICTR) to acquit him, saying that he is not guilty of
genocide and crimes against humanity.
"I am a very old man, I beseech you Mr. President [presiding
judge] to acquit me," a visibly tired Elizaphan, clad in two heavy
brown and orange coats, pleaded. He spoke at the close of the
defense submissions, marking the end of the joint trial for him
and his son, medical doctor Gerard Ntakitutimana.
N A T I O N S U N I E S
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA)
Réseaux d'Information Régionaux Intégré (IRIN)
RDC: La nouvelle constitution
est suspendue, dans l'attente d'un accord de paix englobant tous les belligérants
KINSHASA, 21 août (IRIN) - Les efforts actuels pour rédiger la nouvelle
constitution de la République démocratique du Congo (RDC), entre les
signataires de laccord de Sun City davril 2002, semblent être suspendus. Ce
retard est occasionné par les efforts de médiation queffectue actuellement en
coulisse lancien premier ministre sénégalais, Moustapha Niasse, Envoyé spécial
du secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, pour le processus de paix en RDC,
en vue de parvenir à un accord englobant toutes les parties au conflit
congolais.
RDC: Les tensions persistent entre le gouvernement
et le MLC au sujet de l'armée
KINSHASA, 22 août (IRIN) - Les mésententes relatives à la future armée
nationale de la République démocratique du Congo (RDC) constituent toujours une
source de tensions entre le gouvernement de Kinshasa et le Mouvement de
libération du Congo (MLC), deux des principaux signataires dun accord visant
létablissement dun gouvernement intérimaire de partage du pouvoir et à
élaborer un projet de constitution menant vers un éventuel gouvernement
national élu démocratiquement.
Laccord, signé en avril à Sun City, en Afrique du Sud, permettrait à Joseph
Kabila de demeurer à la présidence, alors que le leader du MLC, Jean-Pierre
Bemba, deviendrait premier ministre.
RDC: L'équipe de suivi de l'accord de Pretoria
débute ses travaux à Kinshasa
NAIROBI, 22 août (IRIN) - Le secrétariat du mécanisme de vérification de la «
tierce partie », mis en place pour surveiller et vérifier l'exécution de
l'accord de paix signé le 30 juillet entre la République démocratique du Congo
(RDC) et le Rwanda voisin a tenu sa première rencontre dans la capitale de la
RDC, Kinshasa, mercredi, a révélé la Mission de lONU en RDC (MONUC).
"Les principales questions discutées par le secrétariat étaient reliées aux
mécanismes opérationnels, aux lignes de communication avec toutes les parties
prenantes, aux mécanismes de présentation de rapports et au traitement de
linformation reçue", indique la MONUC dans une déclaration publiée jeudi.
"Conformément au programme de mise en uvre de laccord de Pretoria, le
secrétariat a déjà reçu une quantité importante dinformation de la part des
signataires".
Rwanda: Congo Still Aiding
 
Rebels - Amb. Anastase Gasana
Thu Aug 22,10:01 PM ET

UNITED NATIONS (AP) - Rwanda will not withdraw its troops from Congo until that
country stops supporting Rwandan Hutu fighters implicated in the 1994 slaughter of
Tutsis, Rwanda's ambassador said Thursday.
The threat puts at risk a peace agreement signed between the two nations last month.
The Rwandan Hutu rebels fled to the eastern Congo after the genocide in which at least
500,000 people were killed, most of them Tutsis. The Rwandan Hutus have used Congo
as a base
for attacks on Rwanda.
LE SEJOUR DE LA DELEGATION
DE KABILA A KIGALI
 
Katumba Mwanke, Kamerhe et Etumba en séjour au Rwanda 
Des émissaires du Président de la République, le Général-Major Joseph sont en séjour à
Kigali pour remettre officiellement au Président rwandais Paul Kagame une invitation de
son homologue congolais. 
kinshasa , 26.08.2002 | Le Phare Politics 
 
Trois plénipotentiaires de Kinshasa, à savoir Katumba Mwanke, ministre à la présidence,
Vital Kamerhe, Commissaire Général du gouvernement chargé du suivi du processus de
paix dans les Grands Lacs, et le Colonel Etumba, expert militaire, sont arrivés samedi 24
août 2002 à Kigali où ils ont été accueillis par le Secrétaire Général du FPR (Front
Patriotique Rwandais). L'objet de leur mission était de remettre officiellement au
président rwandais, Paul Kagame, l'invitation émanant de son homologue congolais
Joseph Kabila.
Le RCD affirme avoir repris une localité à l'armée régulière de Kinshasa
(AFP 24/08/2002)
La rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD, soutenu par le
Rwanda) a affirmé samedi avoir repris une localité jusque-là controlée par l'armée
régulière congolaise et ses alliés dans le Sud Kivu à l'est de la République démocratique
du Congo ( RDC).
"Nos troupes contrôlent depuis hier (vendredi) la localité de Nzovu, dans le Sud-Kivu,
près de la frontière avec la province du Katanga", a indiqué à l'AFP le porte-parole
adjoint du RCD, Jean Pierre Lola Kisanga joint par téléphone depuis Kigali.
"Cette localité était depuis 3 ans entre les mains des Forces armées congolaises
(FAC,armée régulière de Kinshasa et de leurs alliés", a rappelé le porte-parole adjoint du
mouvement rebelle.
MAITRE RUBERWA; KINSHASA A PLANIFIE
LA MUTINERIE DE KISANGANI
 MAITRE AZARIAS RUBERWA; SECRETAIRE GENERAL DU
RASSEMBLEMENT CONGOLAIS POUR LA DEMOCRATIE.
Répondant à Human Rights Watch : le RCD-Goma accuse Kinshasa d'avoir planifié la
mutinerie de Kisangani
Le Phare (Kinshasa)
22 Août 2002
Publié sur le web le 23 Août 2002
Fidèle Musangu
Kinshasa
C'est une véritable réponse du berger à la bergère que Me Azarias Ruberwa, Secrétaire
Général du Rcd-Goma, a réservée au rapport sulfureux de l'Ong de défense des Droits
de l'Homme Human Rights Watch. Celle-ci, on le sait, prétend avoir identifié nommément
les officiers de ce mouvement rebelle fortement appuyé par le Rwanda impliqués dans les
massacres survenus à Kisangani dans la journée fatidique du 14 mai dernier.
Interrogé mercredi sur la Voix de l'Amérique, le Secrétaire Général du Rcd-Goma a
rejeté catégoriquement le contenu de ce rapport et contre-attaqué en accusant le
gouvernement de Kinshasa d'être responsable de cette mutinerie.
Me Ruberwa en veut pour preuve les messages de soutien et d'appel à l'aide lancés par
les mutins en direction de Kinshasa durant toute la journée du 14 mai après qu'ils eurent
pris et occupé les installations de la Radio et de la télévision de cette ville martyre.
Certains de ces messages renfermaient des appels au meurtre contre toutes les personnes
à morphologie tutsi, ce qui a abouti au massacre de nombreuses victimes innocentes.
Journalist Seeks Asylum
in Belgium
UN Integrated Regional Information
Networks
August 21, 2002
Posted to the web August 21, 2002
A locally prominent Rwandan journalist, Yvonne Uwanyiligira,
who fled her country has surfaced in the Belgium capital,
Brussels, and is seeking asylum.
She told IRIN that she fled on 29 July after being accused of
collaborating with an outlawed political party, the
PDR-Ubuyanja, led by the jailed politician, Pasteur Bizimungu.
Uwanyiligira said she was also accused of stealing money and
equipment from the Centre for the Promotion of Free Speech
and Tolerance in the Great Lakes (CPLTGL), of which she was
the executive secretary.
Abuse of women at Rwanda International WCT
ABUSE OF WOMEN WITNESSES BY
THE INTERNATIONAL WAR CRIMES
TRIBUNAL OF RWANDA
I am an international human rights lawyer focusing on widowhood issues
in
conflict resolution and reconstruction. I have just returned from a fact
finding mission to Rwanda during which time I have gathered detailed
evidence from Rwandan women testifiers of outrageous and disgusting
breaches in the Tribunal Rules of conduct by judges and lawyers there in
Arusha.
Many women have described to me a raft of appalling human rights abuses
in the legal proceedings. They are not represented or assisted by lawyers
and are at the mercy of unscrupulous and often obscene cross-examination by the
defense. Nor have they been given any witness protection as the Rules of the Tribunal
require. Thus these women, mostly widows of the genocide, are routinely subject, on
their return to their villages, to intimidation, violence, and even death at the hands of the
families of the accused; or those killers, still at large, who fear they too will denounced by
the rape victims
Widows for peace and reconstruction
Keeping An Eye On War
Crimes And Criminals
Ambassador Prosper
allAfrica.com
August 27, 2002
Posted to the web August 27, 2002
Washington, DC
From Rwanda and Sudan in the east to Sierra Leone and Liberia
in the west, alleged perpetrators of heinous acts of violence are
under scrutiny, both within Africa and from world bodies like the
International Criminal Tribunal for Rwanda. Pierre-Richard
Prosper, the U.S. ambassador-at-large for war crimes, has the
task of tracking those who has been accused of genocide and
other serious violations of the Geneva Conventions.
In the following interview, he talks about the current status of
these investigations throughout Africa, beginning with the
detention earlier this month of Augustin Bizimungu, who served
as Rwandan Armed Forces (FAR) chief of staff during the 1994
genocide.
Kigali Denies Involvement
With LRA
UN Integrated Regional Information
Networks
August 28, 2002
Posted to the web August 28, 2002
The Rwandan government has denied claims by Uganda linking
it to the rebel Lord's Resistance Army (LRA) which is active in
northern Uganda.
Since June this year, the LRA has stepped up attacks in the
region, sparking a fresh wave of displacements where some
490,000 people already live in displaced people's camps.
The Ugandan government has accused Rwanda of allowing
Ugandan rebels to shelter within its territory "to move freely and
maintain contact with the LRA".
Kinshasa Slams Rwandan
Army "Infiltration" of Ituri
UN Integrated Regional Information
Networks
August 28, 2002
Posted to the web August 28, 2002
Kinshasa has condemned the Rwandan army's presence in the
Ituri region of northeastern Democratic Republic of the Congo
(DRC), saying it must withdraw.
"We have observed the infiltration of Rwanda in Ituri, from
where we are awaiting the withdrawal of Ugandan troops as soon
as possible," Luaba Ntumba, the DRC's minister for human
rights, told reporters on Monday.
Thursday, August 29, 2002
Kenya under pressure from US
By KEVIN J. KELLEY
DAILY NATION
NEW YORK, Wednesday. Kenya is coming under increased pressure from the United
States to arrest Rwanda genocide suspects said to be living in the country. The US
believes top genocide suspects could be living in Kenya under the protection of powerful
people. For example, Mr Felicien Kabuga, a fugitive named as a key organiser of the
Rwanda genocide is likely to be living in Kenya, perhaps under the protection of
"influential people", a senior United States official said on Tuesday. "The Kenyan
government must act now to locate the accused war criminal and bring him to justice,"
added Pierre-Richard Prosper, the US ambassador-at-large for war crimes issues.
"While Kenyan officials have pledged to cooperate in the hunt for Felicien Kabuga,
obviously we need results," Ambassador Prosper declared in an interview with
allafrica.com, a US-based Internet news service.
CONGO-DEM.REPUBLIC, 29 AUG 2002 (11:23)
MLC TAKE CONTROL OF DUNGU,
RCD-ML DEFEATED AS THEY FLEE
TOWARDS BORDER WITH UGANDA  (STANDARD, GENERAL) 
 
Following a ferocious battle, the city of Dungu, located in the extreme Northwest of the
Democratic Republic of Congo, is in the hands of Jean-Pierre Bemba and the men of the
MLC since yesterday. The four months of violent fighting between the MLC (Movement
for the Liberation of Congo) led by Bemba and the RCD-ML, known also as
RCD-Bunia (Congolese Rally for Democracy-Liberation Movement) of Mbusa
Nyamwisi ended with the defeat of the RCD-ML, which fled towards the border with
Uganda. It was reported by MISNA sources, which specify that the conquering of the
town occurred yesterday afternoon.
L'accord de paix de Pretoria,
toujours inappliqué sur le terrain
KIGALI, 29 août (AFP) - L'accord de paix de Pretoria entre la République
démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, demeure, un mois après sa signature,
toujours inappliqué sur le terrain, malgré la bonne volonté affichée par les deux parties.
Le 30 juillet dernier, le président rwandais Paul Kagame et son homologue congolais
Joseph Kabila signaient en Afrique du Sud un accord prévoyant, dans un délai de 90
jours, le désarmement et le regroupement en RDC des rebelles hutus rwandais, qui
combattent aux côtés des troupes de Kinshasa, puis leur rapatriement au Rwanda, en
échange d'un retrait des troupes rwandaises du territoire congolais.
Malgré le retard pris sur ce calendrier considéré comme irréaliste par tous les
observateurs, Kigali et Kinshasa n'ont depuis lors cessé de réaffirmer leur bonne volonté.
Le général Bizimungu arrêté en RDCongo
et non en Angola, selon le Rwanda
KIGALI, 29 août (AFP) - Le général rwandais Augustin Bizimungu, l'un des principaux
responsables du génocide de 1994 au Rwanda, arrêté le 13 août dernier en Angola selon
Luanda, a été appréhendé en République démocratique du Congo, a affirmé jeudi à
l'AFP le porte-parole de la présidence rwandaise.
Chef d'état-major des Forces armées rwandaises (FAR) pendant le génocide de 1994,
puis leader des combattants extrémistes hutus rwandais réfugiés en RDC, M. Bizimungu
a été arrêté le 13 août dernier en territoire angolais, alors qu'il se battait dans les rangs de
l'ancienne rébellion de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA),
selon la version officielle du gouvernement angolais.
"C'est faux, M. Bizimungu a été arrêté en RDC, puis transféré en Angola", a déclaré
Emmanuel Ndahiro, le porte-parole du président rwandais Paul Kagame.
"Par cette manipulation organisée avec la complicité de l'Angola, le gouvernement
congolais a essayé de se laver de toute responsabilité dans son implication avec les
génocidaires", a estimé M. Ndahiro.
DAILY NATION (Kenya)
Editorial
Friday, August 30, 2002
Kabuga: This is duplicity
It is difficult to imagine what the Kenyan Government can gain by helping hide Mr
Felicien Kabuga, the man alleged to have organised the 1994 mass killings in Rwanda.
Yet the US government seems convinced that Mr Kabuga is receiving "sanctuary" in
Kenya. "We do believe that he is receiving some sort of protection, either from a civilian
population or [from] influential people." These words, uttered on Wednesday by Mr
Pierre-Richard Prosper, the US ambassador-at-large for war crimes issues, were
carefully chosen. For even "influential people" need not mean the Government. Yet it
strongly implies either individual Government officials or private people with clout enough
to deter official efforts to chase the man. Clearly, however, the envoy's statement leaves
much to be desired. Does he know more than he is telling us? Who exactly are these
"influential" individuals? We ask because it would help a great deal to provide the
information publicly, if only as a way of embarrassing those individuals and, by extension,
the Government, to do much more than they are doing to bring Mr Kabuga to book.
Congo - Le nom des tueurs est cité.
«Orgie de violence» à Kisangani
COLETTE BRAECKMAN
Les tueries qui ont eu lieu à Kisangani à la mi-mai sont de plus en
plus amplement documentées et se révèlent accablantes pour les rebelles du
RCD-Goma et son allié rwandais. C'est ainsi que, simultanément, une
association locale de défense des droits de l'homme, le groupe Lotus,
et l'organisation Human Rights Watch ont publié deux rapports désignant
nommément les responsables militaires.
Une mutinerie a été à l'origine du drame : un groupe de militaires
s'est emparé de la radio locale, a lancé des slogans appelant à chasser les
Rwandais, ce qui a entraîné la mort de six personnes considérées comme
des Rwandais, dont Ndayira Magobe, un proche du président Kagame. (30/08/02)
Un ministre de la RDC pris
en otage près de Bunia, selon la MONUC
KINSHASA, 30 août (AFP) - Le ministre congolais des Droits humains, Ntumba Luaba
Lubu, a été pris en otage jeudi à Mandro, à 12 km au sud de Bunia (nord-est), par des
miliciens hema, a-t-on appris vendredi auprès de la MONUC.
"Le gouvernement nous a informés hier (jeudi - ndlr) que le ministre des Droits humains a
été pris en otage par les miliciens hema qui réclament la libération des dix de leurs
compagnons détenus à Kinshasa", a déclaré le porte-parole de la MONUC, Hamadoun
Touré, interrogé vendredi par l'AFP.
 

Enter supporting content here