Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
15 au 31 juillet

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

Dusubize amaso inyuma: tournons notre regard vers l'arrière (pour y voir plus clair).

kkmbeki.jpg
Kagame, Mbeki et Kabila à Prétoria

Quelque part dans l'immense Congo...
colonneapr.jpg
une colonne de soldats de l'armée rwandaise

Le tour d'horizon politique de la quinzaine

New York augmente la pression sur Kigali, Kigali la met sur Arusha et signe à Prétoria

Congo: Accord Kabila - Kagame à Prétoria
Le plus dur - le travail après le show - reste à faire
 
Il faut maintenant désarmer, démilitariser, démobiliser, reconstruire, désintoxiquer les économies dopées aux ressources congolaises et réapprendre la paix après 4 ans de chaos total.. Comme disent nos voisins du sud "uwasinye ni we usinyura", la personne qui appose sa signature et la même qui la retire. Espérons que le moindre incident ne sera pas un prétexte pour "dé-signer". RR
Arrêter, désarmer et juger les Interahamwe : oui, absolument! Les Inkotanyi : euh... non, ce sont nos héros!! - le Procureur Général près la Cour Suprème Gerald Gahima

(compilé à partir du newsgroup Rwanda-l grâce à l'assistance involontaire de ses membres les actifs.)

La Banque mondiale souligne les progrès "exceptionnels" du Rwanda

se demande s'il ne faut pas lier l'aide au retrait du Congo et n'a toujours pas délié les cordons de la bourse.

KIGALI, 15 juil (AFP) - Le président de la Banque mondiale (BM), James Wolfensohn, a souligné lundi les progrès "exceptionnels" du Rwanda en matière politique et économique, à l'issue d'une visite officielle de deux jours dans ce pays.
 
"Je ne suis pas prêt à entrer dans le débat" d'un conditionnement de l'aide de la BM au Rwanda par rapport à l'évolution du conflit en République démocratique du Congo, a-t-il encore déclaré. Kigali maintient un important contingent militaire dans l'est de la RDC.

"Aujourd'hui, je ne veux pas avoir une discussion entre nos actionnaires sur ce sujet", a-t-il tranché. "Peut-être un jour, peut-être dans les mois ou les années qui viennent cela sera nécessaire, mais je veux maintenant maintenir mes contacts avec tous les côtés, parce que je pense que c'est la meilleure solution pour aider le processus de paix", a-t-il expliqué ()

Le Rwanda, ravagé par le génocide de 1994, au cours duquel près d'un millions de Rwandais ont été tués selon Kigali, est un des pays les plus pauvres du monde (au 164ème rang sur 174), avec un taux de chômage de plus de 30% et environ 65% de ménages en dessous du seuil de pauvreté.
 
 
World Bank promises to help Rwanda but hasn't delivered yet

KIGALI The World Bank is determined to support Rwanda and bring peace to central Africa after years of conflict, bank president James Wolfensohn said yesterday.

He told Rwanda's parliament that the bank wanted to do more to help countries that had recently emerged from war.

Rwanda has been at the centre of central Africa's problems over the last eight years. More than 500000 Tutsis and politically moderate Hutus died in the 1994 slaughter organised by the extremist Hutu government.

The small country also backs rebels in neighbouring Congo, who have so far refused to sign a peace agreement with the government in Kinshasa to end a four-year civil war directly related to the 1994 genocide  ()

Sapa-AP
Jul 16 2002 12:00:00:000AM  Business Day 1st Edition


 
 Tuesday
16 July 2002


RDC: Des centaines de combattants du RCD rallient les forces gouvernementales

NAIROBI, 15 juillet (IRIN) - Un officier militaire de haut rang de la République démocratique du Congo (RDC) a fait savoir vendredi que 1 300 combattants du mouvement de l'opposition armée soutenu par le Rwanda, le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD-Goma), avaient rejoint l'armée nationale.

 Le porte-parole du RCD-Goma, Joseph Mudumbi, a toutefois qualifié ces informations de "propagande". S'exprimant jeudi sur les ondes de la radio gabonaise Africa no 1, M. Mundumbi a affirmé qu'il n'y avait eu aucun passage dans le camp opposé. "Il s'agit tout simplement d'un commandant de bataillon qui a volé des munitions et les a vendues à l'ennemi, et il est désormais en fuite avec ses gardes du corps et ses aides de camp," a-t-il fait savoir.


NEW YORK 16/07 (AFP) =

Au moins 200 personnes ont été massacrées à la mi-mai à Kisangani, la capitale de
l'est de la république démocratique du Congo après une
tentative manquée de soulèvement, a indiqué mardi Mary
Robinson, Haut Commissaire des Nations Unies aux
droits de l'Homme.

Dans un rapport, Mme Robinson établit également que
les membres de la Mission de l'ONU en république
démocratique du Congo (MONUC) qui se trouvaient sur
place ne sont pas physiquement intervenus",
contrairement aux espoirs de la population, pour faire
cesser les exactions.

Ce texte, aux termes inhabituellement précis et
directs pour ce genre de document, fait porter la
responsabilité du massacre aux "autorités du
Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma",
(RCD-G), un mouvement rebelle officiellement soutenu
par le Rwanda./. STA

162358 JUL 02

Guerre dans le Sud-Kivu: le RCD affirme avoir repris la localité de Lulimba

KIGALI, 17 juil (AFP) - Les rebelles du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) ont affirmé mercredi s'être emparés de la petite localité de Lulimba, dans les Hauts-plateaux de la province du Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les Hauts-plateaux du Sud-Kivu, vastes territoires de la communauté tutsie congolaise banyamulenge située à plus de 2.000 mètres d'altitude sont depuis la mi-juin le théâtre d'importants affrontements entre les hommes d'un leader de cette communauté, le commandant Patrick Masunzu, et l'Armée patriotique rwandaise (APR) et leurs alliés du RCD.

Ces affirmations n'ont pas été confirmées de source indépendante.

Négociations en Afrique du Sud sur le retrait des troupes rwandaises de RDC

-          par Hervé BAR

KIGALI, 17 juil (FP) - Les autorités de Kigali et de Kinshasa se rencontrent à partir de jeudi en Afrique du Sud pour discuter des moyens de sécuriser la zone frontalière entre les deux pays, avec notamment l'éventualité d'un "rideau de sécurité" et d'un retrait des troupes rwandaises.

Ces négociations débuteront jeudi à Pretoria, au niveau des experts envoyés par les deux gouvernements, selon une source officielle rwandaise.


L'ONU tient le RCD pour responsable des massacres à Kisangani

Mary Robinson, le Haut commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, accuse le RCD-Goma pour avoir réprimé une mutinerie par le massacre d'au moins 200 personnes.

Les autorités de RCD-Goma, soutenus par le Rwanda, sont clairement désignés par Mary Robinson comme responsables du massacre de près de deux cent personnes à Kisangani et dans ses environs. Une mutinerie au sein du mouvement rebelle avait opposé des soldats qui se disaient Congolais à dautres du même rang, mais quils qualifiaient de «Rwandais». Les premiers, en semparant dune radio, appelaient dailleurs la population à combattre partout les «envahisseurs rwandais». La mutinerie a finalement été matée, et les soldats «loyalistes» envoyés en renfort de Goma, ville frontalière du Rwanda et siège du RCD, ont repris le contrôle de Kisangani. La mutinerie et le rétablissement de lordre ont fait une vingtaine de morts, selon les autorités du RCD-Goma, pour la plupart dans le camp des mutins. Selon ces mêmes autorités il y aurait eu des massacres de populations civiles rwandophones ().


Didier SAMSON (RFI)

Congo : Le secrétaire d'Etat belge à la Coopération, Eddy Boutmans, en visite de terrain à l'est du pays

La désolation de Goma et la peur de Bukavu

Reportage de COLETTE BRAECKMAN, à Goma et Bukavu

Le Soir en ligne du 12 juillet 2002

Un an après la signature de quatre accords bilatéraux marquant la résurrection d'une coopération belgo-congolaise en veilleuse depuis 1990, le secrétaire d'Etat à la Coopération, Eddy Boutmans, s'est rendu sur le terrain. Pour mesurer l'impact des interventions belges et rencontrer les populations.

Après Kinshasa et Kikwit, du côté gouvernemental, il a tenu à se rendre à l'est du pays, en zone occupée par les rebelles du RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie), afin de témoigner de la solidarité dont la Belgique entend témoigner à l'égard de l'ensemble des Congolais.

Premier constat, pathétique : la misère est partout et le pays, au propre comme au figuré, s'écroule.

()

© Rossel et Cie SA, Le Soir en ligne, Bruxelles, 2002

La population de Kindu souffre de la présence rwandaise (Maï-Maï)

KINSHASA, 18 juil (AFP) - Le responsable des milices
Maï-Maï de la province du Maniema (centre-est) a
estimé jeudi que la population de sa capitale, Kindu
souffrait de la présence des troupes rwandaises, dans
une déclaration à l'AFP.

"Nous qui faisons partie de la population de cette
province nous savons bien que ce dont elle souffre
c'est de l'insécurité provoqué par la présence de
l'Armée patriotique rwandaise (APR)", a affirmé le
commandant Lambert Konga Kanape (...)

Massacre de Kisangani : la responsabilité des faits incombe
clairement au RCD-Goma par VÉRONIQUE KIESEL

Face à la gravité de la situation à Kisangani, dans l'est du Congo, le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Mary Robinson, a innové mardi en venant pour la première fois présenter elle-même au Conseil de sécurité le rapport établi après une mission à Kisangani.

Selon ce rapport, au moins 200 personnes ont été massacrées à la mi-mai à Kisangani, après une tentative manquée de soulèvement : la responsabilité des faits incombe clairement au RCD-Goma (Rassemblement congolais pour la démocratie), soutenu par Kigali. Au moins 103 civils et 60 militaires ou policiers ont été massacrés mais, selon Mme Robinson, ces chiffres ne sont qu'une indication de l'échelle potentielle de ces exécutions. Une vingtaine d'autres corps non identifiés ont été vus dériver dans la rivière Tshopo dans les jours qui ont suivi les événements.

Selon le Haut Commissaire, qui citait des témoins, on a ordonné aux victimes de se coucher sur le sol, les mains liées, et elles ont été abattues par balles ou tuées à coups de machette par des soldats du RCD-Goma qui leur ont tranché la gorge. Tout cela s'est passé sur le pont qui enjambe la rivière Tshopo, et certains des corps ont été décapités avant d'être jetés dans la rivière. ().


Le Rwanda projette de remplacer la devise congolaise à l'est de la RDC

NAIROBI, 18 juillet (IRIN) - Le Rwanda prévoit de remplacer la devise congolaise
par le franc rwandais à l'est de la République démocratique du Congo, a
indiqué jeudi à IRIN un analyste régional.

La décision a été annoncée il y a environ une semaine lors d'une réunion
de coordination humanitaire dans la ville de Bukavu, à l'est de la RDC,
par une source proche du groupe rebelle soutenu par le Rwanda, le Rassemblement
congolais pour la démocratie (RCD-Goma). Des responsables de l'ONU ont également
fait savoir que le président du RCD, Adolphe Onusumba, leur avait fait part
de ce projet. ()
 
Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2002

N A T I O N S  U N I E S
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires  (OCHA)
Réseaux d'Information Régionaux Intégré (IRIN)

Kinshasa et Kigali prêtes pour la paix

Quatre années d'une guerre particulièrement meurtrière vont peut-être s'achever
bientôt. En Afrique du Sud, les délégations du Congo et du Rwanda sont arrivées
à un accord qui pourrait signifier le retour de la paix.
VÉRONIQUE KIESEL

La guerre qui oppose depuis le 2 août 1998 Kigali à Kinshasa va peut-être enfin
s'achever, après avoir fait des millions de morts. Le vice-président
sud-africain Jacob Zuma a en effet annoncé lundi soir à Pretoria qu'un accord
de paix avait été conclu entre les représentants du Rwanda et ceux de la
République démocratique du Congo.

Rwandan journalists' arrest worries human rights body

Paris, France (PANA) - The Paris-based Reporters Without Borders(RSF)
Tuesday condemned the imprisonment of Editor Robert
Sebufirira of Rwanda's privately-owned weekly Umuseso and his two
reporters - Elly MacDowell Kalisa and Godfrey Munyaneza - in Kigali on
Wednesday.

The three men were jailed after witnessing an incident of police
brutality, according to the human rights body.

"Nothing appears to justify these arrests of journalists simply
doing their job," RSF secretary general Robert Menard said in a
letter to Rwandan justice minister Jean de Dieu Mucyo.

()
Paris - 23/07/2002

Massacre Kisangani: l'ONU accuse les rebelles pro-rwandais et le Rwanda

NEW YORK (Nations Unies) 24/07 (AFP) = Le Conseil de sécurité des
Nations Unies a fait porter mardi la responsabilité des massacres de
Kisangani (est de la république démocratique du Congo - RDC) de mai
dernier sur les rebelles du Rassemblement congolais pour la
démocratie-Goma (RCD-Goma).

Le Conseil a également demandé avec insistance au gouvernement
rwandais, dans une déclaration présidentielle adoptée mardi, "d'user
de sa forte influence" sur le RCD-Goma pour que les auteurs "de ces
meurtres et attaques" soient présentés à la justice et que le
RCD-Goma n'exécute pas les prisonniers détenus à Kisangani ()

L'UE se félicite de l'accord de paix entre le Rwanda et le Congo

COPENHAGUE 24/07 (AFP) = L'Union européenne se félicite de
l'accord de paix entre le Rwanda et la République démocratique du
Congo (RDC) conclu lundi à Pretoria, qui prévoit une sécurisation de
leur frontière commune en contrepartie d'un retrait de troupes
rwandaises de l'ex-Zaïre, a indiqué la présidence danoise de l'UE,
dans un communiqué publié mercredi.

"La présidence de l'UE encourage vivement les gouvernements de la
République démocratique du Congo et le gouvernement du Rwanda à
confirmer, au plus haut niveau politique, l'accord atteint à
Pretoria", souligne ce communiqué (...).

 RAY (VPT)


Le Congo s'engage à désarmer les extrémistes hutus présents sur son sol
Mercredi 24 juillet 2002
(LE MONDE)
Le sort des miliciens Interahamwe conditionne la paix entre le Rwanda et l'ex-Zaïre
Nairobi de notre correspondant régional

Si le protocole d'accord, signé lundi 22 juillet à Pretoria, en Afrique du Sud, par les représentants de la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) et du Rwanda est mis en application, la guerre du Congo, déclenchée en 1998, pourrait prendre fin en quatre-vingt dix jours.

L'ambition est vaste, le délai resserré. Faut-il y croire ? Le texte, qui devrait être ratifié dans les jours à venir par les présidents rwandais et congolais, a l'avantage de la simplicité. Il tient en trois pages, et repose sur une idée centrale, celle d'un marché entre les deux pays( )

Jean-Philippe Rémy
 

BURUNDI-TANZANIE: La Tanzanie refuse l'idée d'une force internationale d'observation

NAIROBI, 23 juillet (IRIN) - Le ministre tanzanien de la Défense, Philemon
Sarungi, a rejeté lundi lappel lancé par son homologue burundais en faveur du
déploiement d'une force internationale d'observation le long de leur frontière
commune, pour surveiller les infiltrations au Burundi de rebelles Hutu
provenant de Tanzanie, ont rapporté des organes de nouvelles.

"La Tanzanie nabrite pas de rebelles sur son sol", a insisté M. Sarungi, cité
par Burundi-info.com. "C'est une pure invention", dit-il.

Il a cependant indiqué qu'il était prêt à rencontrer son homologue burundais, Cyrille Ndayirukiye, qui a recommandé dimanche le déploiement dobservateurs
internationaux ().


Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2002

Kigali attaque le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

PARIS 25/07 (AFP) = Voici les points forts de l'actualité du
jeudi 25 juillet à 03H00 GMT:

NEW YORK (Nations unies) - Un responsable rwandais a lancé
mercredi aux Nations unies une vive attaque contre le Tribunal pénal
international pour le Rwanda (TPR) d'Arusha (Tanzanie), qu'il a
accusé de "négligences". Ces virulentes critiques formulées par le
procureur général rwandais constituent une réponse à celles que Mary
Robinson, Haut commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme,
avait faites la semaine dernière à propos du Rwanda devant le
Conseil de sécurité./.MVU

./.

250508 JUL 02

Wednesday, 24 July, 2002, 20:02 GMT 21:02 UK

Rwanda rounds on genocide tribunal
 
By Greg Barrow
BBC United Nations correspondent
in New York
 
The Rwandan authorities have launched a stinging
attack on the workings of the international criminal
tribunal in Arusha.
 
The international community does not actually care
about justice for Rwanda Gerard Gahima, Rwandan prosecutor
A senior Rwandan judicial official said his country
had come to the conclusion that the Arusha tribunal
was so badly managed that the international community
had given up on finding justice for the victims of the
Rwandan genocide in 1994.
 
Relations between Rwanda and the court in Arusha
appear to have reached a new low.
Ms del Ponte told Council members that the Rwandan
authorities were refusing to cooperate with the
tribunal over the release of witnesses.
 
She also said that powerful elements within Rwanda had
blocked attempts by the tribunal to investigate human
rights abuses carried out by the Rwandan Patriotic
Army in 1994 (...).
Mr Gahima said the Rwandan Patriotic Army was the
saviour of Rwanda as a nation, and any attempt to
indict military officials would take away the one
thing that was holding the country together.


Le RCD/Goma reconnu responsable des massacres de Kisangani

Kinshasa, RD Congo (PANA) - Le Rassemblement congolais pour la
démocratie (RCD/Goma), mouvement rebelle allié au Rwanda, a été
reconnu responsable des massacres de populations à Kisangani dans la
province Orientale, le 14 mai dernier, affirme le Conseil de
sécurité de l'ONU dans une déclaration de son président publiée à
New York sur la base du rapport du bureau du Haut Commissariat
aux Droits de l'homme.

Selon cette déclaration remise à la presse à Kinshasa par la
Mission des Nations Unies au Congo (MONUC), lors de son point de
presse hebdomadaire du mercredi, le Conseil exige que le RCD/Goma
prenne les mesures nécessaires pour traduire en justice les
auteurs de ces actes et ceux qui les ont ordonnés.

()

Kinshasa - 26/07/2002

U.N. Official Criticizes Rwanda

By Colum Lynch
Special to The Washington Post
Thursday, July 25, 2002; Page A05


UNITED NATIONS, July 24 -- The United Nations' chief
war crimes prosecutor, Carla del Ponte, protested to
the Security Council this week that the Rwandan
government has halted its cooperation with the
International Criminal Tribunal for Rwanda. She said
Rwanda was undermining efforts to try perpetrators of
one of the worst mass murders committed by a
government since World War II.

Del Ponte wrote in a confidential letter to the
15-nation council on Tuesday that the Rwandan attitude
toward the war crimes court has "hardened" in recent
weeks because individuals linked to the Rwandan army
have become targets of U.N. investigators.
 
© 2002 The Washington Post Company

Un accord de paix entre la RDC et le Rwanda doit être signé mardi


PRETORIA 28/07 (AFP) = Un accord de paix entre la République
démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, qui soutient la rébellion
dans ce pays, doit être signé mardi 30 juillet à Pretoria, a annoncé
dimanche la présidence sud-africaine.

"Les présidents de RDC (Joseph Kabila) et du Rwanda (Paul Kagame)
ainsi qu'un représentant spécial du Secrétaire général des Nations
unies (Kofi Annan) sont attendus à la cérémonie de signature", a
précisé dans un communiqué le bureau du président sud-africain Thabo
Mbeki, médiateur entre les deux pays ().


RDC: difficile rapatriement volontaire des extrémistes hutus


KIGALI 26/07 (AFP) = La première tentative jeudi de rapatriement
volontaire d'extrémistes hutus rwandais installés en République
démocratique du Congo (RDC) n'a connu qu'un succès limité et illustre
les importantes difficultés que ce genre d'opération, basé sur le
volontariat, pourrait connaître à l'avenir.

Lors de l'opération organisée par la Mission d'observation de
l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC) à Béni (est), un
groupe de 48 personnes, composé de 21 combattants et 27 civils,
avaient été rassemblés par les autorités locales. Mais seul un jeune
homme a accepté de reprendre l'avion pour rentrer sur Kigali, malgré
l'importance des moyens mis à disposition par la MONUC et la bonne
volonté de tous les partenaires engagés - en particulier le
gouvernement rwandais - dans cette opération.


Kabila et Kagame ont rendez-vous à Pretoria

Le président sud-africain, qui joue les médiateurs, l'affirme: l'accord
de paix entre le Congo et le Rwanda sera officiellement signé ce mardi.
Mais ses chances réelles d'application ne sont pas encore garanties pour
autant.

Après plusieurs jours d'incertitude et la crainte d'un nouvel échec, l'annonce
est venue ce dimanche de la présidence sud-africaine elle-même : un accord
de paix entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, qui
soutient la rébellion dans ce pays, doit être signé ce mardi 30 juillet
à Pretoria ().

La RDC est, depuis 1998, le théâtre d'une véritable guerre régionale opposant
le gouvernement de Kinshasa soutenu par le Zimbabwe, l'Angola et la Namibie
à des groupes rebelles appuyés par le Rwanda et l'Ouganda. Cette guerre
aurait déjà fait quelque 2,5 millions de morts, en majorité des civils.
(D'après AP, AFP.)·

Il faudra désarmer les miliciens hutus...

Le désarmement des miliciens extrémistes hutus rwandais, Interahamwe et
combattants des ex-Forces armées rwandaises (FAR), est au coeur de l'accord
de paix entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC).

Estimés à plus de 50.000 par Kigali, à 12.000 pour la Mission d'observation
des Nations unies au Congo (Monuc), leur nombre tournerait autour de 25.000,
selon le dernier rapport de l'organisation International Crisis Group (ICG).

Principaux artisans du génocide rwandais de 1994, au cours duquel un million
de Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés, les Interahamwe et ex-FAR
ont été chassés du Rwanda en juillet de la même année par la progression
des troupes du Front patriotique rwandais (FPR, aujourd'hui au pouvoir)
et ont trouvé refuge dans l'est de l'ex-Zaïre ().

 Accord de paix RDC-Rwanda: Afrique Sud pourrait envoyer 1.500 hommes
 
 PRETORIA 29/07 (AFP) = L'Afrique du Sud étudie une demande des
 Nations unies pour l'envoi en République démocratique du Congo (RDC)
 d'une force sud-africaine de 1.500 hommes chargée de vérifier sur le
 terrain la bonne application de l'accord de paix qui doit être signé
 mardi entre la RDC et le Rwanda.

    L'accord, qui doit mettre fin à quatre années de conflit en
 Afrique centrale, doit être signé à Pretoria mardi après-midi par les
 présidents de la RDC Joseph Kabila et le président du Rwanda Paul
 Kagame ().

 OCH

RPF is the principal political force and controls the Government of National Unity - report

Rwanda Country Reports on Human Rights Practices  - 2001
Released by the Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor
March 4, 2002
 
The largely Tutsi Rwandan Patriotic Front (RPF), which took power
following the civil war and genocide of 1994, is the principal
political force and controls the Government of National Unity.
President Paul Kagame was sworn in on April 22, 2000, in what was the
first nonviolent presidential change in the country's history. While
all political parties are represented within the Transitional
National Assembly, it is influenced greatly by President Kagame and
the RPF. Prime Minister Bernard Makuza runs the Government on a daily
basis and is responsible for relations with the National Assembly. On
March 6 and 7, the country held its first secret ballot elections to
elect council members at the district level; international observers
described the elections as generally free and fair. The judiciary is
subject to presidential influence and suffers from a lack of
resources, inefficiency, and corruption.
 
() There were numerous instances in which the security forces acted independently of government authority, and the government authorities do not exercise effective control of the security forces () 
The country is very poor, and 70 percent of the population of 8.1
million lives in poverty. More than 90 percent of the labor force is
engaged in subsistence agriculture. Per capita annual income is
$252 (11,300 Rwandan francs). >

Une colombe au-dessus des Grands Lacs

 Les présidents de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, et du Rwanda, Paul Kagame, ont signé mardi à Pretoria un accord de paix devant mettre fin à un conflit régional de quatre ans qui a fait deux millions et demi de victimes.

Les présidents congolais Joseph Kabila et   rwandais Paul Kagame ont signé mardi à Pretoria (Afrique du Sud)    un accord de paix destiné à mettre fin à quatre ans de    guerre en République démocratique du Congo (RDC) et à sauvegarder    la   stabilité de la région des Grands Lacs (...)

La guerre a commencé en août 1998 lorsque le Rwanda et l'Ouganda ont appuyé une offensive de la rébellion congolaise pour renverser  le gouvernement de Kinshasa, accusé de donner asile aux   miliciens hutus responsables du génocide rwandais en 1994. Le président Laurent-Désiré Kabila a rapidement perdu le contrôle du  nord et de l'est du pays, mais a reçu le soutien militaire du Zimbabwe,   de l'Angola et de la Namibie. Il devait être assassiné par un garde  du corps le 16 janvier 2001 () On estime à 2,5 millions le nombre de morts depuis    1998, les victimes ayant principalement succombé à la faim et aux maladies causées par la guerre.  AP

 

A Kinshasa, le retour des mobutiste

La perspective d'un partage du pouvoir fait rentrer les anciens maîtres.

ontres en or, gourmettes, sacs Louis Vuitton. Le doute n'est plus permis : les dignitaires de l'ancien régime sont de retour à Kinshasa. Zone de transit : le Grand Hôtel. «Je viens récupérer ma maison occupée illégalement par l'ex-ministre Yerodia», déclarait à sa descente d'avion José Endundo, l'ancien président du patronat congolais.

Endundo fait partie d'une délégation envoyée par Jean-Pierre Bemba, héritier spirituel de Mobutu et chef du Mouvement de libération du Congo. Il y a quatre ans, Bemba est entré en rébellion contre feu Laurent-Désiré Kabila, avec le soutien du voisin ougandais. Son émissaire est à Kinshasa pour tenter de finaliser l'accord de partage de pouvoir élaboré à Sun City (Afrique du Sud) en avril. Selon ce compromis, Bemba, qui contrôle le nord-ouest de la République démocratique du Congo, doit assumer les fonctions de Premier ministre et Joseph Kabila celles de président au sein d'un gouvernement de transition chargé d'organiser des élections. Pour l'heure, les négociations entre mobutistes et kabilistes achoppent toujours sur le contrôle de l'armée ()

Arnaud Zajtman

Une rébellion de Tutsis congolais fragilise l'armée rwandaise en RDC

Kigali accuse les hommes (tutsi) de Patrick Masunzu d'avoir reçu le soutien des rebelles hutus!!!
Nairobi de notre correspondant régional

C'est une guerre à bouleverser la guerre ou, en tout cas, sa logique et sa justification en République démocratique du Congo (RDC), l'ex-Zaïre.

Depuis février, sur les hauts plateaux du Sud Kivu, une région de pâturages à plus de 2 000 mètres d'altitude, les hommes de Patrick Masunzu, des soldats banyamulenge, c'est-à-dire des Tutsis congolais, défient les troupes de Kigali, l'Armée patriotique rwandaise (APR), à domination tutsie.

Tutsis contre Tutsis, la région des Grands Lacs, si fertile en troubles, n'avait encore jamais produit une telle situation depuis 1994 et le génocide au Rwanda. Après le massacre des Tutsis, le principe de l'union sacrée était censé dicter les rapports entre soldats banyamulenge et parrains de Kigali : tous Tutsis, tous unis. En réalité, cette solidarité avait été tissée à l'orée des années 1990, lorsque de jeunes banyamulenge, se souvenant que leurs aïeux avaient quitté le Rwanda pendant le XIXe siècle pour s'établir sur les hauts plateaux du Sud Kivu, s'étaient enrôlés dans l'APR, alors en guerre contre le régime hutu de Kigali ().

Jean-Philippe Rémy


Signature de l'accord de paix

Prévue initialement vendredi 26 juillet, la signature de l'accord de paix entre la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) et le Rwanda a été repoussée au mardi 30 juillet. Le président sud-africain, Thabo Mbeki, principal médiateur dans cette affaire, a affirmé qu'il n'y avait pas d'obstacle à la signature. Conclu en début de semaine, le protocole d'accord contient un engagement du Rwanda à retirer ses troupes de RDC (estimées entre 30 000 et 40 000 hommes) . De son côté, la RDC s'engage à poursuivre les milices responsables du génocide de 1994 au Rwanda, et qui sont réfugiées sur son territoire. Selon le porte-parole du président rwandais, l'accord comporte un échéancier très détaillé.  (Reuters.)

 

PM - 31/07/02

 

Enter supporting content here