Make your own free website on Tripod.com

Rwanda Rugali
"Une attaque et nous prenons Kin'"

Home

CariCartoons
Health/Ubuzima
Politique
Génocide
Justice
Amashyaka
Presse
Great Lakes
Diaspora.rw
Who's Who
Economie & Finances
R.I.P.
Vos réactions
Infos
Cadavéré!
Urwenya
Faits divers
Religion

Le Soir en Ligne, le 04/10/2002, 06 h 00
 
Afrique centrale Deux sénateurs belges rentrent d'une mission à Kigali
Le retrait rwandais presque terminé
 
VÉRONIQUE KIESEL
Le retrait du Congo des troupes rwandaises, commencé la semaine dernière et mené à un train d'enfer, devrait être achevé dans les jours qui viennent. Après Kindu dans le Maniema, après le Nord-Katanga et le Nord-Kivu, c'est actuellement le Sud-Kivu qui est le théâtre d'un départ massif des militaires rwandais.
Deux sénateurs belges, le PS Jean Cornil et l'Ecolo Jacky Morael, étaient la semaine dernière en visite privée au Rwanda, et c'est donc un peu par hasard qu'ils ont été invités par les autorités rwandaises à assister, dans la région de Goma, au départ d'un bataillon. Cette évacuation, très organisée et accompagnée d'armes lourdes, a été décidée par Kigali dans le plus grand secret, pour accélérer le calendrier des accords de Pretoria, signés le 30 juillet, qui prévoyaient le départ des forces étrangères du Congo pour la fin octobre, explique Jacky Morael.
Quant aux Congolais, poursuit le sénateur Écolo, ils étaient partagés entre deux sentiments : la joie de voir partir les occupants rwandais mais aussi une certaine inquiétude devant le vide qu'ils laissent. Plusieurs nous ont demandé si c'étaient nous qui allions les protéger... Entre les Maï-Maï et les anciens Interhahamwé, la région est loin d'être sûre et plusieurs agressions ont déjà été signalées dans les localités abandonnées par l'armée rwandaise.
Quand les accords de Pretoria ont été signés en juillet, enchaîne Jean Cornil, ils ont été accueillis par un immense scepticisme, notamment dans de nombreux médias. Ce retrait rwandais auquel personne ne croyait est pourtant une réalité.
Une réalité tellement rapide qu'elle pose pourtant plusieurs questions. Tout se passe comme si Kigali avait dit : « Vous voulez qu'on parte ? Eh bien ! on s'en va, débrouillez-vous. » Or la force de l'ONU au Congo n'est absolument pas prête à assurer l'ordre dans la région, détaille Jacky Morael. Le chef d'état-major de l'Armée patriotique rwandaise nous a confirmé que, si après le retrait rwandais, des incursions violentes venant du Congo étaient constatées au Rwanda, les troupes de Kigali reviendraient. Et un autre officier a ajouté : « Et cette fois, nous irions jusqu'à Kinshasa... »
Par contre, Kigali semble avoir bel et bien laissé tomber son ancien allié du RCD, très impopulaire et en fâcheuse posture depuis le départ de ses « parrains » rwandais.
Reste qu'après cette démonstration rwandaise c'est Kinshasa qui doit maintenant remplir sa part du contrat, en neutralisant et en expulsant les génocidaires présumés.
 

Retrait total du Congo
De combien, d'où et jusqu'à quand?

Par la porte, retour par la fenêtre?

Out of Congo?

Congo : la résolution du prétexte

En août 1998, après l'échec cuisant de sa tentative de putsch contre feu Joseph pardon - Laurent Désiré Kabila, le Rwanda qui venait de se voir montrer la porte de sortie du Congo a occupé l'est du Congo officiellement pour pourchasser ses génocidaires interahamwe. Depuis, il n'a cessé de crier haut et fort que ces responsables du génocide anti-Tutsi de 1994 était la raison de sa présence militaire massive - 30 à 40 mille hommes selon la source - dans les profondeurs (littéralement) du Congo; très, très loin de ses frontières internationales.

Placide Muhigana (pour le commentaire intégral, cliquez ci-dessus ("Out of Congo?")

Edito: Banyekongo, Banyamulenge ou Banyarwanda?

Les Banyamulenge sont des Rwandais - Gén. Kabarebe

Selon le général major James Kabarebe, chef d'état major des Forces rwandaises de défense(ex-Armée patriotique rwandaise), les Banyamulenge sont des Banyarwanda (rwandais) parcequ'ils sont de culture rwandaise et que leur langue est le kinyarwanda. Ils se font appeler Banyamulenge pour être reconnus comme congolais. "Général Major Kabarebe James we yavuze ko Abanyamulenge ari Abanyarwanda kuko bafite umuco wa kinyarwanda n'ururimi rwabo akaba ari ikinyarwanda. Kuba biyita Abanyamulenge ngo ni ukugira ngo bemerwe ko ari Abanyekongo". (Imvaho Nshya)

Kongo: Uko Gen. Kabarebe na Dr. Muligande babibona

Le carnage au  Congo continue malgré les "Accords de Paix" de Prétoria.
 

Enter subhead content here

Enter content here

Enter supporting content here